Sénégal : un ex Premier ministre dénonce la divulgation de procès verbaux dans la presse

Depuis le début du mois d’avril, plusieurs dignitaires de l’ancien régime sont convoqués devant les brigades de la gendarmerie nationale dans le cadre de l’affaire des biens mal acquis ou de malversations financières. L’ancien Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye dénonce la publication des résultats des enquêtes en cours dans la presse.

(De notre correspondant)

Face aux séries d’interpellations des dignitaires de l’ancien régime libéral, le dernier Premier ministre du président Abdoulaye Wade, Me Souleymane Ndéné N’diaye met doute de l’impartialité de la justice sénégalaise. « Cette justice qui, avec l’armée constitue cette autre grande muette de l’état, qui demeure surtout dernier rempart de la liberté. Cette justice est le plier le plus solide de notre démocratie car incarnée par des hommes et des femmes, debout pour toujours et qui ne se laissent intimider, influencer au profit desquels je plaide au maintien des acquis et le renforcement pour les mettre à l’abri de toutes les tentations. Cette justice là hélas depuis quelques jours bavarde beaucoup, intimide, brave, menace et fait la Une des journaux presque chaque mois comme cela ne s’était pas produit auparavant », grogne Souleymane Ndéné N’diaye devant le Parlement sénégalais.

« Des affaires pendantes sont commentées, des personnalités pourtant justiciables et d’autres instances judiciaires sont convoquées dans les brigades de gendarmeries ou des commissariats pour y être humiliées ou vexées, prétexte pris soit des nécessités liées à la réactivation de la cour de la répression et de l’enrichissement illicite ou bien des suites à donner au rapport d’audit de l’IGE de 2008 », soupçonne M. N’diaye.

Quant à la diffusion des secrets d’enquête dans la presse sur l’enrichissement illicite et le détournement des fonds publics, l’ancien
Premier ministre s’offusque de ceux qui donnent ces informations à la presse. « Avant la convocation des personnalités de l’ancien régime, c’est une certaine presse bien introduite qui l’annonce et après leurs auditions c’est cette même presse reproduit in texto leurs déclarations et le plus souvent prédit l’issue de la procédure finale », constate Souleymane N’diaye, qui s’inquiète du mutisme de l’état face à ces révélations sans cesse de la presse. « Et jamais, l’Etat, pourtant garant de notre administration de la justice n’a réagi face à ces dérives, n’a levé le plus petit doigt pour dénoncer. Au contraire il s’incommode car la même presse récidive toutes les semaines et impunément », se désole l’ex Premier ministre. « Je reconnais son droit d’aller à la recherche des informations mais regrette seulement que les informations mises à sa disposition soient des informations judiciaires qui ne peuvent pas être divulguées par les auxiliaires de la justice. Il faut que l’Etat se conforme aux droits et au respect des droits », a-t-il suggéré.

L’ancien Premier ministre Souleymane Ndéné N’diaye a fait cette déclaration pendant la déclaration de politique général de l’actuel Premier ministre du président Maky Sall, ce lundi.

Lire aussi :

 Sénégal : des enfants à l’école de la paix et de l’intégration africaine

 Inondations au Sénégal : le concert de la solidarité déçoit

 Sénégal : le gouvernement déterminé à recouvrir les biens mal acquis