Sénégal : six mois de prison contre les députés qui avaient frappé l’élue

Bagarre entre élus
Bagarre entre élus

Les deux députés de l’opposition sénégalaise ont écopé de six mois de prison ferme, ce lundi 2 janvier 2023. Ils sont poursuivis pour avoir frappé une collègue de la majorité, en pleine séance plénière à l’Assemblée nationale. Le parquet avait requis une peine de deux ans ferme à leur encontre.

Les deux parlementaires sont en prison depuis le 15 décembre. Ils ont été jugés le 19 décembre par le tribunal des flagrants délits de Dakar. Ce lundi, la justice, outre la peine de prison, leur a infligé des peines pécuniaires. Ils doivent, en effet, « solidairement » payer chacun une amende de 100 000 francs FCFA. Sans compter les dommages et intérêts de cinq millions de FCFA réclamés pour « coups et blessures volontaires » sur Amy Ndiaye.

Les deux députés, absents lundi lors de la lecture du jugement, « vont rester en prison ». Le temps que son pool d’avocats fasse appel. Malgré les images qui ont circulé en boucle, les deux élus avaient, lors du procès, nié avoir frappé leur collègue. Pourtant, les vidéos montrent clairement Massata Samb administrer une gifle à la parlementaire. Quant à son collègue Mamadou Niang, il a, lui, lancé un violent coup de pied au ventre, en pleine session budgétaire.

La députée Amy Ndiaye a été hospitalisée après cet incident. Un de ses avocats, Me Baboucar Cissé, avait révélé que la dame risquait de perdre le bébé qu’elle porte. La robe noire avait même demandé aux deux députés agresseurs de prier pour que le bébé ne meure par suite à cette agression. A sa sortie d’hôpital, l’élue est restée dans une situation extrêmement pénible, avait fait remarquer Me Cissé.

Les faits ont eu lieu le 1er décembre, lors du vote du budget du ministère de la Justice. Après des déclarations faites contre Moustapha Sy, guide religieux des Moustarchidines, Amy Ndiaye a été agressée. M. Sy est patron du Parti de l’unité et du rassemblement (PUR), par ailleurs membre de la principale coalition de l’opposition, Yewwi Askan-Wi.

Lire : Sénégal : les deux agresseurs de l’Assemblée nationale en garde-à-vue