Sénégal : la Cour suprême brise le dernier espoir de Karim Wade

La Cour suprême du Sénégal a rejeté l’ensemble des pourvois en cassation de Karim Wade, condamné pour enrichissement illicite. Il reste donc en prison afin de purger sa peine.

Le dernier espoir de libération de Karim Wade , fils de l’ancien Président du Sénégal, en prison pour enrichissement illicite, vient de s’envoler. En effet, la Cour suprême a rendu ce jeudi son verdict. Elle a rejeté l’ensemble des pourvois en cassation déposés par les avocats de l’ex ministre d’Etat sous le gouvernement de Souleymane Ndéné N’Diaye.

Les avocats de Karim Wade avaient fait appel de la décision du juge de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), qui avait condamné leur client à six ans de prison ferme le 23 mars dernier et à une amende de 138 milliards de FCFA. Un verdict critiqué par la communauté internationale puisqu’en juin dernier, le conseil des droits de l’Homme de l’ONU a qualifié d’ »arbitraire » le verdict du procès de Karim Wade. La Cour suprême s’est donc enfin prononcée après avoir repoussé l’audience.

L’instance, qui devait examiner son pourvoi en cassation le 6 août dernier, a décidé de mettre en délibéré sa décision jusqu’à ce jeudi. Une décision prise après l’absence à l’audience des avocats de la défense. La Cour suprême a donc jugé qu’elle ne pouvait pas rendre de décision sans la présence des avocats de la défense. C’est pourtant ce qu’elle a fait ce jeudi puisque les avocats de Karim Wade ne se sont pas présentés à l’audience.

Cette décision de justice intervient une semaine après que le président de la Cour suprême de Dakar au Sénégal a rejeté la requête de récusation émise par les avocats de Karim Wade lors de l’audience du 6 août dernier, contre le juge Amadou Bal pour ses propos. Par ailleurs, Karim Wade a été condamné à payer une amende de 200 000 FCFA.

Le fils d’Abdoulaye Wade a été arrêté en avril 2013 avant d’être déféré au parquet deux jours plus tard. Karim Wade, bien qu’en détention, a été désigné en mars dernier comme candidat à la Présidentielle par le Parti Démocratique Sénégalais. Sa condamnation, risque de perturber ses projets d’élections, puisqu’il ne retrouvera la liberté qu’en 2019.

Lire aussi : Sénégal : la récusation du juge Bal rejetée, Karim Wade condamné