Sénégal-Gambie: un mémorandum pour la construction d’un pont

Pour se rendre du nord au sud du Sénégal, il faut traverser le fleuve Gambie long de 909 mètres, une épreuve souvent pénible pour les voyageurs et les transporteurs. La semaine dernière, un mémorandum a été paraphé, à Dakar, entre les ministres des Affaires étrangères du Sénégal et de la Gambie sur la construction d’un pont.

(De notre correspondant)

Selon le texte signé par les deux pays, la pose de la première pierre de ces travaux est prévue au courant de ce mois d’août. Le coût de la réalisation du projet, principalement financé par la Banque africaine de développement (BAD), est estimé à 53 milliards de CFA, soit 100 millions de dollars (plus de 80 000 euros). La durée des travaux est quant à elle estimée à cinq ans. Ils englobent la réhabilitation du tronçon Keur Ayib Bounkiling (au Sénégal).

Ce document a été approuvé par les ministres des Affaires étrangères de la Gambie et du Sénégal à Dakar. Pour Me Alioune Badara Cissé, chef de la diplomatie sénégalaise, « c’est un moment historique. La signature du mémorandum d’entente portant sur la construction d’un pont sur le fleuve Gambie et la réhabilitation du tronçon routier scellent définitivement une union entre les peuples gambien et sénégalais. Ces infrastructures vont assurer la continuité du territoire sénégalais », a-t-il fait savoir.

Pour son homologue gambien, Mame Boury Ndiaye, « ce projet issu d’une longue négociation, permettra de raffermir davantage les liens séculaires entre les deux pays. La libre circulation des personnes et de leurs biens, entre la Gambie et le Sénégal, sera bénéfique pour les deux pays », a t-il souligné.

Les autorités sénégalaises et gambiennes ont fréquemment fait part, lors de leurs rencontres, de leur engagement en faveur de l’édification d’un pont pour faciliter la traversée, mais aussi et surtout, pour désenclaver la région naturelle de la Casamance (au Sénégal). La traversée de la Gambie est souvent pénible pour les voyageurs et les transporteurs, souvent victimes des tracasseries. La traversée du fleuve peut prendre bien souvent des heures.

Si cette entreprise venait à se réaliser, elle serait sans doute la plus impressionnante de l’histoire des deux pays. Macky Sall, contrairement à ses prédécesseurs, semble parvenir à convaincre les Gambiens de l’importance d’un tel pont.

Lire aussi :

 Sénégal : les multinationales contre la fermeture des call-centers

 Gambie : 18e anniversaire du putsch de Yahya Jammeh