Sénégal : coupure d’internet après de violents heurts à Dakar ?


Lecture 2 min.
Internet (illustration)
Internet (illustration)

Des heurts ont éclaté au Sénégal, ce dimanche 4 février, dans la capitale, Dakar. Des manifestations ont été dispersées à coups de gaz lacrymogènes. Les multiples appels à manifester et la violence qui commence à s’installer laissent penser qu’internet sera bientôt suspendu. Comme à l’accoutumée !

Ce dimanche après-midi, les gendarmes ont dispersé à coups de gaz lacrymogènes des centaines de personnes sorties à l’appel de plusieurs candidats de l’opposition. Ces derniers protestaient contre le report de la Présidentielle du 25 février. Samedi, le chef de l’État, Macky Sall, avant annoncé ce report, sine die.

Anta Babacar Ngom et Aminata Touré arrêtées

La VDN (voie de dégagement nord), à Dakar, a été le point de ralliement des manifestants. Sur place, les gendarmes étaient déployés en grand nombre et n’ont pas hésité à déclencher des tirs de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. S’en est suivi une course-poursuite dans les quartiers avoisinant la VDN, notamment Cité Keur Gorgui.

Deux femmes engagées dans la politique sénégalaise ont été interpellées. Il s’agit d’Anta Babacar Ngom, candidate à la Présidentielle, et Aminata Touré, ancienne Première ministre de Macky Sall qui a viré dans l’opposition. Cette dernière a vu sa candidature rejetée. « Je viens d’être embarquée vers la gendarmerie de la Foire dès que je suis sortie de mon véhicule », a posté Aminata Touré.

La télévision privée Walfadjri suspendue

Daouda Ndiaye, autre candidat à la présidentielle, a, selon les images postées sur les réseaux sociaux, été violenté par les forces de l’ordre. Les images de violences circulent en boucle, sur les réseaux sociaux, notamment. Dans la foulée, les autorités sénégalaises ont suspendu le signal de la télévision privée Walfadjri.

Le CNRA (Conseil national de régulation de l’audiovisuel) lui reproche d’inciter à la violence. Dans ce contexte d’appels multiples à manifester et à maintenir leurs programmes de campagne électorale, il n’est pas exclu que l’Etat songe, une nouvelle fois, à couper Internet. Histoire de casser la dynamique, car la violence commence à s’installer, dans plusieurs régions du pays.

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter