Sénégal : Balla Gaye 2, roi des arènes

Dimanche 22 avril, au stade Demba diop de Dakar, le fils de Double Less, Balla gaye 2 a battu le roi des arènes Yékini. Balla Gaye 2 a mis fin à quinze ans d’invincibilité du roi des arènes Yékini. Retour sur cette victoire.

Ce dimanche soir au stade Demba Diop de la capitale sénégalaise, une page de l’histoire de la lutte s’est tournée. Le lion de Guédiawaye, Balla Gaye 2 est venu à bout du roi des arènes, Yékini en deux minutes et dix secondes. Il n’a pas eu de mal à vaincre son adversaire. De par sa victoire, il ravit le trône à son adversaire jusqu’alors invaincu.

La voyante Selbé Ndom avait déclaré quelques jours avant le combat : « Yékini chutera et va tomber par le côté droit ». C’est en effet ce qui s’est produit dimanche soir lors du combat. Balla Gaye 2 use d’uppercuts pour déstabiliser son adversaire tandis que Yékini fait une génuflexion pour s’emparer de la jambe de celui-ci. Le roi des arènes tombe alors sur ses quatre appuis mais selon l’arbitre, ce sont seulement ses trois appuis qui sont à terre. Le combat n’est donc pas fini. Les deux lutteurs s’engagent alors dans un corps à corps. Yékini met une jambe entre celles de Balla Gaye 2 mais ce dernier fait une reculade et pivote. C’est à ce moment là que le lion de Guédiawaye retourne la situation en prenant son adversaire pour le pousser de la droite vers la gauche. Yékini s’affale par terre, il n’est plus le roi des arènes.

Le roi est mort, vive le roi

Balla gaye 2 a ravi le trône à Yékini. C’est un fait historique dans le monde de la lutte. Yékini n’est plus invincible, Balla Gaye est sur le trône. Ce dernier a par ailleurs fondu en larmes à la fin du combat au micro de Malick Thiandoum, présentateur télé de la RTS 1, réalisant l’exploit qu’il venait d’accomplir. Quant à Yékini, il avait promis de quitter le monde de la lutte par la grande porte, tiendra-t-il sa promesse ? Va-t-il affronter Eumeu Sene ou Lac de Guiers 2 pour finir en beauté ?

Lire aussi :

 http://www.afrik.com/article25392.html

 http://www.afrik.com/article25292.html