Sahara, Maroc, Algérie : quand Horst Kohler évoque Genève devant le Conseil de sécurité de l’ONU

Horst Köhler

Horst Kohler, émissaire de l’ONU pour le Sahara Occidental, est attendu ce mardi à New York pour un briefing avec le Conseil de sécurité. Il s’agit pour l’envoyé spécial de faire le point sur la dernière table ronde de Genève et les démarches a entreprendre dans le but de relancer le processus de paix dans ce conflit qui oppose le Maroc au Sahara et qui reçoit l’Algérie comme « invité ».

En application de la résolution 2440 qui demande au Secrétaire général de l’ONU d’informer le Conseil de sécurité sur l’évolution de la situation au Sahara Occidental, trois mois après l’adoption de la résolution ou à chaque fois que l’opportunité se fait sentir, Horst Kohler, émissaire de l’ONU pour le Sahara Occidental, est attendu ce mardi 29 janvier 2019 à New York. L’ancien chef de l’Etat allemand doit tenir un briefing avec le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations Unies.

A lire : Sahara, Résolution de l’ONU : la Russie s’abstient, la France applaudit

Ces consultations, qui se tiendront à huis clos conformément aux dispositions de l’ONU, constituent un préalable à une deuxième table ronde prévue au mois de mars prochain. Dès lors, Horst Kohler saisira l’opportunité de la rencontre de ce jour pour informer les Quinze membres du Conseil de sécurité de l’ONU sur les préparatifs en cours pour la tenue, vers le mois de mars prochain à Genève, d’une deuxième table ronde, avec la présence des quatre parties, dont l’Algérie, partie principale au conflit.

A lire : Sahara : Polisario, Maroc et Algérie sereins à Genève, en attendant 2019

L’accord commercial Union Européenne – Maroc, incluant le Sahara Occidental, entériné par le Parlement européen pourrait être au centre des discussions lors de ce briefing. Surtout que dans une lettre adressée au Conseil de sécurité le 18 janvier, le Front Polisario avait dénoncé, avec la dernière énergie, cet accord, présenté comme « un obstacle majeur au processus dirigé par l’ONU ». Dans son courrier, le Polisario avait exhorté les membres du Conseil de sécurité à encourager les pays européens à reconsidérer cette décision.