Sahara : le Polisario met en garde l’ONU et menace le Maroc

Brahim Ghali, chef du Polisario
Le chef du Polisario, Brahim Ghali

Le Front Polisario a mis en garde qu’il poursuivra la guerre contre le Maroc tant que l’ONU n’assumera pas ses responsabilités pour créer les conditions visant à aboutir à une solution au conflit au Sahara Occidental.

C’est ce samedi 4 juin 2022 que Jatri Adduh, chef politique du Front Polisario par ailleurs membre du bureau permanent de la branche armée du Sahara Occidental, a averti qu’il ne compte pas abandonner la guerre contre le Maroc tant que l’Organisation des Nations Unies ne s’évertuera pas à assumer ses responsabilités pour trouver une solution au différend régional. «Les efforts de paix sont bloqués et il n’y a pas de signes apparents de la poursuite du processus de négociations», a-t-il alerté.

«Après le retour de la guerre, le 13 novembre 2020, à cause du Maroc qui tente de saper la légitimité internationale et de rendre impossible le respect des décisions des Nations Unies qui devraient permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination et à l’indépendance, le Front Polisario s’est dissocié du processus de paix, car il ne respecte pas la volonté du peuple sahraoui», a, selon Bladi, détaillé Jatri Adduh, lors de son discours au Forum hebdomadaire du Sahara libre.

Accusant le royaume chérifien d’être «entièrement responsable de la rupture du cessez-le-feu signé en 1991», Jatri Adduh prévient que le Front Polisario poursuivra les hostilités «tant que l’ONU continuera de commettre les mêmes erreurs concernant le Sahara, sans faire pression sur le Maroc pour qu’il se conforme aux résolutions du Conseil de sécurité». Appelant au respect des accords signés, il dénonce que le Maroc «recourt au chantage, aux pressions, aux menaces, pour forcer les pays à accepter la supposée souveraineté du Sahara Occidental».