Safiya, ta douleur est mienne

30 000 signatures pour dire non à la lapidation, à la condamnation de Safiya. En lançant une cyberpétition, la rédaction d’Afrik ne s’attendait pas à cette mobilisation. Merci à tous. Merci de nous soutenir contre cette injustice, cette humiliation, ce crime. Car Safiya est condamnée à mort pour avoir donné la vie. Son procès se déroulera lundi. Des juristes religieux nigérians décideront du sort de leur compatriote, coupable d’adultère. La rédaction d’Afrik déposera les pétitions, sous version imprimée, à l’ambassade du Nigeria à Paris le lundi 18 mars. Geste dérisoire mais symbolique. Ne jamais perdre sa capacité d’indignation. Et de réaction. Agir pour ne pas laisser se banaliser ce genre de pratique. Plus jamais ça !

Lapidation. En inculpant, puis en jugeant Safiya, les autorités de l’Etat de Sokoto ternissent l’image de l’Afrique et de l’Islam, qui n’en ont pas besoin en ces temps troublés. Des images qui renvoient à un passé – a-t-il jamais existé ?- fantasmé. Se réfugier dans le passé pour justifier l’injustifiable relève, au mieux, d’une hypocrisie intellectuelle, au pire, d’un bas calcul politique. Plus jamais ça !

Indicible. Comment qualifier l’inqualifiable ? Et qu’on arrête de dire que le regard occidental méprise les coutumes africaines. Je suis AFRICAINE et ce procès m’écoeure, m’humilie en ma qualité de FEMME, de MUSULMANE et d’être HUMAIN. Ce procès phallocrate est une HONTE pour toutes les femmes et pour tous les HOMMES.

Procès. De quoi s’agit-il ? D’un groupe d’hommes, sous couvert de religion, qui juge une femme. Un pouvoir masculin qui punit une femme pour avoir eu des relations sexuelles. Or, il faut être deux pour faire un bébé. Pourquoi l’homme est-il épargné ? Car la loi est faite par les hommes pour les hommes dans certains pays africains. Il est temps que les mentalités évoluent pour dire : plus jamais ça !

Lire aussi

Le sursis de Safiya

Lettre à Safiya du député belge Vincent Decroly

Dernière nouvelle : le procès en appel a été reporté au 25 mars.