Rire avec la révolution

leila2.jpg

Jamais les Tunisiens n’ont été autant portés sur l’humour que depuis le soulèvement populaire qui a entrainé la chute de Zine El Abidine Ben Ali. Sur Internet, ils s’en donnent à cœur joie en brocardant le dictateur déchu et ses homologues arabes. Petit florilège.

Rira bien qui rira révolté : cela semble avoir été le leitmotiv des Tunisiens tout au long de la « Révolution du Jasmin ». Certes, l’humour politique était déjà très prisé sous la dictature de Zine El Abidine Ben Ali, mais on riait sous cape. Et puis, on a l’impression que les Tunisiens n’ont jamais été aussi inspirés en railleries de tous genres que depuis le soulèvement populaire qui a secoué le pays ces dernières semaines.
Les réseaux sociaux Facebook et Twitter, qui ont permis aux Tunisiens de se mobiliser pendant les manifestations ayant entraîné la chute du régime de Ben Ali, sont les principaux vecteurs de cet humour de résistance. Tout une série de blagues sur le président déchu et sa famille est, en outre, recensée sur plusieurs sites Internet. Quelques exemples :

 Urgent: en se réveillant ce matin, le roi d’Arabie saoudite a découvert qu’il lui manquait de l’argent, Leila est passée par là ?

 Offre spéciale: pour un Zine El Abidine et un Moubarak dégagés, un kadhafi offert! Offre valable jusqu’au 14/02/2011.

leila2.jpg

 Petite annonce. Offre d’emploi N°140111: On cherche un nouveau président pour la Tunisie, Expérience: débutant accepté. Type de contrat: CDD. Qualités requises: orphelin, fils unique, stérile, et surtout chauve pour qu’il ne fréquente pas les salons de coiffures. (La famille de l’épouse du président déchu Leïla Trabelsi, une ancienne coiffeuse, a mis la Tunisie en coupe réglée).

 Commentateurs : « avant, en Tunisie, on avait 10 millions de commentateur sportifs, maintenant on a dix millions de commentateurs politiques. »

 Ben Ali nous avait promis 300 000 emplois. Il nous a offert 10 millions de postes… de gardien de quartier, (en allusion aux comités de vigilance formés par les Tunisiens pour défendre les quartiers des milices armées de Ben Ali).

Au rayon son et image, difficile de faire l’impasse sur le truculent Journal de Zaba. La série animée du jeune graphiste tunisien, où il brocarde allègrement Ben Ali, Kadhafi, Bouteflika fait actuellement un carton sur la plateforme de partage vidéo Youtube. Zaba est à le recherche de bons scénaristes pour développer sa série. Avis aux amateurs !

Après 23 ans de dictature, la Tunisie vient de basculer dans la démocratie, et l’on s’est mis brusquement à observer des phénomènes étranges : une manifestation de policiers contre l’Etat, des employés qui licencient leur patron… « Demain, manifestation des maternelles pour des couches plus confortables avec une meilleur capacité d’absorption », lance aussi un internaute sur sa page Facebook. Une blague ?

Lire aussi:

 Rire de Moubarak