Réfugiés syriens expulsés : l’Algérie convoque à son tour l’ambassadeur du Maroc

L’Algérie a, à son tour, convoqué l’ambassadeur du Maroc à Alger. Les autorités ont exprimé leur « forte réprobation » suite aux présumées expulsions de ressortissants syriens vers le territoire marocain.

Après la convocation mardi par les autorités marocaines de l’ambassadeur de l’Algérie à Rabat, c’était au tour de l’ambassadeur du Maroc à Alger d’être convoqué, ce mercredi, par le ministère algérien des Affaires étrangères. Aucune des deux parties n’est prête à prendre la responsabilité de l’expulsion de plus de 70 réfugiés syriens. D’un côté, les autorités marocaines accusent l’Algérie d’avoir refoulé ces réfugiés à la frontière, de l’autre, l’Algérie renvoie la balle à son voisin.

Mardi, la ministre marocaine délégué aux Affaires étrangères, Mbarka Bouaida, a exprimé la « forte désapprobation du royaume du Maroc, suite à l’expulsion par les autorités algériennes vers le territoire marocain, entre dimanche 26 et mardi 28 courant, de plus de 70 ressortissants syriens », indique un communiqué du ministère.

Une tentative de crisper les relations ?

Dès le lendemain, l’Algérie a également exprimé, à l’ambassadeur marocain, sa « forte réprobation » suite à la nouvelle « provocation » du Maroc. « L’attention du diplomate marocain a été attirée sur le fait que l’Algérie réprouve fortement cette nouvelle provocation politiquement motivée et qu’elle déplore profondément cette tentative supplémentaire et gratuite de crispation d’une relation qui a déjà connu un sérieux dommage le 1er novembre dernier, lors de l’agression de l’enceinte consulaire algérienne à Casablanca », a indiqué le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères, Amar Belani, dans sa déclaration à l’APS.

Il a été également signifié aux autorités marocaines que l’Algérie n’avait « certainement pas besoin de donneur de leçon lorsqu’il s’agit de manifester concrètement sa sollicitude et son attention soutenue à l’égard des ressortissants syriens qui se trouvent temporairement sur son territoire, en tant qu’invités du peuple algérien qui les a accueillis spontanément avec sa générosité et son hospitalité coutumières ».

Pour rappel, dimanche dernier, les gardes-frontières algériens (GGF), avaient refusé l’accès sur le sol algérien à des réfugiés syriens qui, selon les autorités algériennes, ont été refoulés par le Maroc. De leur côté, les autorités marocaines affirment que ces réfugiés étaient présents en Algérie et conduits vers la frontière marocaine. Le ministère marocain des Affaires étrangères avait d’ailleurs déploré « profondément cet acte inhumain, d’autant plus qu’il s’agit de femmes et d’enfants dans une situation de vulnérabilité extrême ».