Rééducation au Maroc : quand l’état d’Ali Bongo fait pitié au Vice-président du Gabon

Le Président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, alors au Maroc

La santé du Président du Gabon, Ali Bongo Ondimba, inquiète jusque dans les rangs du palais présidentiel, où l’on reconnaît enfin que le chef de l’Etat a fait un AVC qu’on « ne souhaite pas à qui que ce soit ». 

Le Vice-président du Gabon, Pierre Claver Maganga Moussavou, qui a rendu visite à son mentor Ali Bongo Ondimba, au Maroc, n’a pu cacher son inquiétude face au chef de l’Etat, mal en point. L’actuel homme fort du Gabon, qui assure l’intérim, a en effet reconnu qu’Ali Bongo Ondimba, malade et absent depuis le 24 octobre, a fait un accident vasculaire cérébral (AVC).

A lire : Gabon : la preuve qu’Ali Bongo est… paralysé

« Personne ne peut se réjouir de la mort ou de la maladie de quelqu’un d’autre, celui qui n’a jamais connu un AVC, qu’il prie Dieu pour qu’il n’en connaisse jamais ». Ces mots, prononcés lors d’un discours, samedi 9 décembre 2018, à Franceville, au sud-est du Gabon, faisant allusion à l’état de santé du chef de l’Etat, en disent long, très long même sur la gravité de l’attaque subie par Ali Bongo. Surtout que le Vice-président a ajouté : « de toute façon, je ne le souhaite pas à qui que ce soit, pas même à mon pire ennemi ».

A lire : Gabon : Jean Ping cherche-t-il à destituer Ali Bongo ?

Le Vice-président faisait partie d’une délégation de hauts responsables politiques gabonais ayant rendu visite à Ali Bongo, au Maroc, où le dirigeant suit une rééducation. Ali Bongo, qui a accueilli ses hôtes, en étant assis, avec un seul geste de la main gauche, est, selon toute vraisemblance, paralysé. Au point de susciter la pitié de ses proches qui ne souhaitent à personne ce qui est arrivé au chef de l’Etat du Gabon.

Hospitalisé à Riyad (Arabie Saoudite) le 24 octobre 2018, le Président du Gabon, 59 ans, y est resté plus d’un mois avant d’être transféré au Maroc, le 29 novembre 2018. D’abord admis dans un hôpital militaire, Ali Bongo poursuit sa convalescence dans une résidence privée.