RDC : Kinshasa demande à Kigali de « cesser d’alimenter la guerre »

La République démocratique du Congo exhorte le Rwanda à « cesser d’alimenter la guerre ». Le rapport de l’ONU, publié mardi, accuse Kigali de fournir des armes aux mutins ex-rebelles qui affrontent depuis des mois l’armée régulière dans le Nord-Kivu.

Le rapport de l’ONU, publié mardi, est entrain de créer une crise diplomatique entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda. Et pour cause, ses experts des sanctions accusent Kigali de soutenir les mutins ex-rebelles congolais, en leur fournissant « des armes, du ravitaillement militaire et de nouvelles recrues ». Même si les autorités rwandaises ont démenti, cette information n’est pas passée inaperçue à Kinshasa.

Sur la foi des conclusions de l’ONU, la pression des autorités congolaises ne s’est pas fait attendre. La République démocratique du Congo « exige que les autorités rwandaises cessent d’alimenter la guerre au Congo », déclarait jeudi le porte-parole du gouvernement congolais Lambert Mende. « Nous leur demandons de démanteler les réseaux, les filières de recrutement et de ravitaillement en faveur des forces négatives qui sont au Congo, sans conditions. », ajoutait-il. Et le président congolais Joseph Kabila suivait « de très près » cette affaire. « Le gouvernement a demandé la publication intégrale de ce rapport […] », confiait le Premier ministre congolais, Augustin Matata Ponyo.

Les experts des sanctions de l’ONU affirment, dans une annexe du rapport que s’est procurée l’AFP, détenir des « preuves accablantes » qui démontrent que les responsables de l’armée rwandaise « dans l’exercice de leurs fonctions officielles, soutiennent les rebelles en leur fournissant des armes, du ravitaillement militaire et de nouvelles recrues ». Pour rappel, Kigali a toujours nié son implication dans le conflit qui oppose, depuis le mois de mai dans le Nord-Kivu, les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et les ex-rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP).

Kigali réfute les accusations de l’ONU

Si les autorités rwandaises n’ont pas encore réagi à l’injonction de la RDC. Mercredi, Kigali remettait farouchement en cause le rapport de l’ONU. « C’est un document préliminaire partial, fondé sur des conclusions partielles et il doit encore être vérifié. », déclarait la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo. Avant d’ajouter « Nous avons l’intention de fournir des preuves factuelles que les accusations contre le Rwanda sont fausses ». La ministre soulignait, par ailleurs, qu’il est « profondément regrettable » que « la frénésie médiatique » soit à l’origine de ce rapport de l’ONU qui met en cause l’armée rwandaise dans le conflit qui fait actuellement rage dans le Nord-Kivu.

Depuis le mois de mai, les combats entre les FARDC et les mutins ex-rebelles ont repris de plus belle dans le Nord-Kivu. Après une courte accalmie, la province s’embrase à nouveau. Selon les ONG, 200.000 congolais auraient fui ces violences. Parmi eux, certains se sont refugiés à Rwaguba, dans la région de Rutshuru, pour se mettre à l’abri. Un exode qui n’est pas sans conséquence puisque 150 cas de choléra sont à déplorer.

Lire aussi :

RDC : le Rwanda réfute les accusations de l’ONU

RDC : la situation s’enlise dans le Nord-Kivu

RDC : la bataille du Nord-Kivu reprendra-t-elle ?

RDC : pourquoi tant de pauvreté ?