RDC : entre casques bleus et enfants-soldats

Cent dix militaires de la force onusienne, MONUC, se sont déployés, la semaine passée, en RDC, pour ramener la paix. Un rapport présenté à l’ONU fait état de milliers d’enfants-soldats recrutés par les forces impliquées dans ce conflit.

 » Ils vont nous apporter la paix « , déclare un instituteur de Kalemie à propos des troupes onusiennes. Cette ville, située dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), a accueilli, jeudi dernier, la première vague de la Mission d’observation des Nations Unies au Congo (MONUC).

Cette force ne compte, pour l’instant, que 110 soldats, sur les 210 de ce premier contingent uruguayen. Ils font partie des troupes d’interposition de 2 500 hommes armés qui veilleront au ravitaillement et à la sécurité des bases arrière des 500 d’observateurs chargés de superviser le cessez-le-feu, signé en 1999. Une mission et un chiffre bien illusoires, à côté des millions d’hommes qui forment les troupes des armées qui se font face.

Trop jeunes pour faire la guerre

Vendredi dernier, le jeune président de la RDC, Joseph Kabila, semble avoir réussi son examen de passage, face à la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU à Genève. Koffi Anan et Jacques Chirac ont noté des  » signes d’espoir  » en RDC. Le président congolais, de son côté a reconnu la  » situation préjudiciable  » aux droits de l’Homme mais a souligné qu’elle ne pourra  » prendre fin qu’après le retrait total et définitif des troupes d’agression rwandaises, ougandaises et burundaises « . Les troupes des Nations Unies ont été déployées avant que la totalité des troupes rebelles ne quittent le pays.

La réunion organisée par la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU à Genève a toutefois été entachée par un rapport présenté par le Chilien Roberto Garreton. Le rapporteur spécial sur les droits de l’homme en RDC y détaille les violations commises par les diverses factions. Le bilan est affligeant, notamment en ce qui concerne le recrutement des enfants-soldats qui se poursuit dans toutes les armées.

Les situations les plus préoccupantes concernent les zones sous contrôle du Rassemblement Congolais pour la Démocratie-Mouvement de Libération (RCD-ML), soutenu par l’Ouganda. M. Garreton a rappelé l’opération organisée par l’UNICEF en février, pour récupérer dans l’ouest de l’Ouganda 163 enfants congolais dont trois fillettes. Dans la partie du pays aux mains des forces gouvernementales de Joseph Kabila, les recrutements d’enfants au sein des milices se poursuivent, notamment parmi les enfants des rues. Pour l’opposition démocratique, installée à Bruxelles, Kabila fils équivaut à Kabila père, en moins brutal. Joseph Kabila devra faire plus que prononcer de belles paroles.