RDC : au moins 75 cas d’atteinte à la liberté de la presse dont 19 journalistes arrêtés et 11 médias fermés (JED)


Lecture 2 min.
Liberté de la presse
Liberté de la presse

75 cas d’atteinte à la liberté de la presse dont 19 journalistes arrêtés et 11 médias fermés ont été documentés par Journaliste en danger (JED), depuis la publication de son dernier rapport, le 2 novembre 2021. Cette organisation de défense des droits de l’Homme a fait cette annoncé à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse.

C’est un tableau sombre que l’ONG Journaliste en danger (JED) dresse à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse, ce 3 mai. Dans un communiqué, elle indique avoir documenté 75 cas de violation de la liberté de la presse dont 19 arrestations de journalistes et 11 fermetures de médias. L’ONG ajoute que «6 journalistes croupissent en prison à Mbandaka et à Bumba; 3 médias sont fermés à Mbuji-Mayi et à Mbandaka» au moment où le monde célèbre cette journée dédiée à la liberté de la presse.

La liberté de la presse menacée dans les provinces sous Etat de siège

A en croire la même source, «plusieurs journalistes ont été l’objet de menaces et agressions dans l’exercice de leur métier». Au moins 3 journalistes ont été tués au cours de l’année 2021, et un journaliste porté disparu depuis décembre 2020, au Nord-Kivu et en l’Ituri, deux provinces sous Etat de siège. En janvier, les autorités congolaises ont organisé les Etats généraux de la presse. A l’issue de ces assises, 80 résolutions été formulées en vue de trouver des solutions durables face aux problèmes qui minent le secteur de communication et des médias au pays. 3 mois après, JED regrette de constater qu’aucune de ses résolutions «n’a connu un début d’exécution, en dépit de la mise en place d’un Comité de suivi de ces Etats généraux présidé par le Ministre de la Communication».

Face à cette léthargie et aux violations de la liberté de la presse en RDC, JED plaide pour «la libération immédiate des 6 journalistes actuellement en prison à Mbandaka et à Bumba». Elle plaide également en faveur de «la réouverture des médias actuellement fermés dans deux provinces, à savoir la Radio Sarah à Mbandaka ; la Radio Nsanga FM et la radio-télé Pacifique à Mbuji-Mayi dans la province du Kasai Oriental». Elle appelle par ailleurs les autorités congolaises à œuvrer «en faveur de la liberté de la presse en décrétant, sans délai, un moratoire sur les arrestations et emprisonnement des journalistes».

Notons que cette année, la journée mondiale de la liberté de la presse est célébrée sous le thème : «Le journalisme sous l’emprise du numérique».

A lire : Erythrée, Djibouti, Egypte… Le Top 5 des pays d’Afrique où la liberté de la presse est la plus menacée

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter