Quelle place pour l’Afrique dans la nouvelle stratégie de TV5 Monde?

Saragosse-2.jpg

TV5 Monde a dévoilé, jeudi, devant un parterre de personnalités et de journalistes, son « plan stratégique » de développement. Objectif: faire de la chaîne francophone internationale un « média global » présent sur tous les supports : internet, mobile etc. La chaîne, qui compte ainsi faire face à une baisse de son audience, accorde à l’Afrique une place importante dans ses nouveautés. Afrik.com a rencontré Marie-Christine Saragosse, sa directrice générale.

Saragosse-2.jpgConfrontée à une concurrence accrue et au recul de son audience, TV5Monde, la chaîne francophone internationale, a décidé de réagir. Ce serait « suicidaire » de ne pas le faire a estimé Marie-Christine Saragosse, directrice générale de la chaîne depuis neuf mois, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue jeudi au Musée du quai Branly, à Paris. Selon elle, le nombre de téléspectateurs, estimé aujourd’hui à 54 millions à travers le monde, est en baisse d’environ 10%. Cette perte d’audience, qui concerne essentiellement l’Europe et l’Amérique Latine, serait liée au passage de la distribution analogique au numérique. Ce plan stratégique vise donc à conquérir le public perdu en analogique. La chaîne mise sur les nouveaux médias pour y parvenir. Marie-Christine Saragosse, qui a déjà occupé le poste de directrice générale pendant huit ans, jusqu’en 2006, revient sur les ambitions de TV5 Monde. Et notamment sur celles qui concernent le continent.

Afrik.com : Vous avez présenté, ce jeudi, un « plan stratégique » de développement qui se traduit par la mise à l’antenne d’un nouvel habillage, de nouveaux programmes et émissions… Qu’est ce qui a motivé la mise en œuvre de ce plan stratégique ?

Marie-Christine Saragosse :
Cela fait neuf mois que j’ai pris mes fonctions. Lorsque je suis arrivée, TV5 sortait d’une phase de tensions. Des choses qui auraient pu être faites ne l’ont pas été. Mais ce sont des situations qui arrivent souvent quand on est plusieurs pays à discuter autour d’une table. Il faut dire aussi que, ces dernières années, notre audience a subi une pression à la baisse. En avril dernier, tous les pays se sont mis d’accord pour relancer cette magnifique chaîne internationale. Nous avons donc mobilisé nos partenaires, nous nous sommes mis au travail et nous avons mis au point ce plan stratégique.

Afrik.com : La pression à la baisse sur l’audience de TV5 dont vous parlez se fait-elle également ressentir en Afrique ?

Marie-Christine Saragosse :
L’évolution de l’audience est très contrastée en Afrique. Je ne vais pas parler de baisse, parce que l’Afrique reste un territoire de forte audience avec 22 millions de téléspectateurs. TV5 reste dans beaucoup de pays la première chaîne internationale. C’est vrai que, dans certains pays comme le Sénégal, nous sommes confrontés à la concurrence de chaînes locales qui produisent des émissions en langues locales. Mais la question de la baisse d’audience se pose moins en Afrique qu’en Amérique Latine et en Europe.

Afrik.com : Votre « plan stratégique », qui s’étale sur la période 2009-2012, a nécessité un effort financier supplémentaire de vos partenaires. Un effort qui s’est traduit par l’augmentation de 5,5% du budget de la chaîne à 97 millions d’euros cette année. Quelle a été la contribution des Etats francophones africains dans cet effort ?

Marie-Christine Saragosse :
D’abord une précision. L’augmentation du budget n’est pas seulement due aux efforts supplémentaires des Etats membres. C’est également le résultat de l’accroissement des recettes propres de la chaîne. Cela dit, nos partenaires, c’est-à-dire les pouvoirs publics des Etats membres de la Francophonie, notamment la France, ont fait de très gros efforts. Leur contribution s’élève à 88 millions d’euros, et 9 millions d’euros proviennent des recettes de la chaîne. Pour l’heure, la contribution annoncée par cinq pays africains (Sénégal, Burkina-Faso, Congo Brazzaville, Côte d’Ivoire, Togo) s’établit à 100 000 euros. Je ne vais pas la comparer avec celles des pays du Nord. Car cette participation a un poids symbolique très fort quand on connaît les difficultés financières de ces pays. Surtout quand on sait que ces contributions ne sont pas obligatoires. Je n’ai pas encore rencontré tous les présidents d’Afrique francophone. Je vais continuer ma tournée et sans doute cette contribution va-t-elle augmenter.

Afrik.com : Entre autres mesures annoncées dans « le plan stratégique », TV5 Monde veut dédoubler le signal destiné à l’Afrique. Qu’est ce que cela signifie concrètement ?

Marie-Christine Saragosse :
Le dédoublement du signal destiné à l’Afrique va permettre une montée en puissance du sous-titrage en anglais. Nous voulons attirer un plus grand nombre de téléspectateurs dans les pays anglophones. L’idée c’est aussi de faire découvrir la francophonie dans les pays africains de langue anglaise. Mais ce n’est pas tout. L’Afrique occupe une place importante dans nos projets. Nous avons ainsi signé de nouveaux contrats pour une diffusion linéaire en IPTV [[systèmes de distribution par souscription de signaux télévision et/ou vidéo utilisant des connexions à haut débit sur le protocole IP ; Ndlr]] et en ADSL. Ce mode de diffusion va être lancé bientôt au Sénégal avec l’opérateur Sonatel. En Télévision Mobile Personnelle (TMP), nous venons de rejoindre le bouquet qui va être lancé en Côte d’Ivoire en février.

Afrik.com : TV5, dans sa volonté d’être présente sur le web, accorde également une place à l’Afrique à travers TV5Afrique plus, une Web TV qui devrait être lancée en automne prochain. Pourriez-vous nous rappeler ce concept ?

Marie-Christine Saragosse :
TV5 Afrique Plus est l’une des deux thématiques du label TV5Monde Plus, qui sera lancé à partir de ce printemps. Cette Web TV sera donc accessible à partir de www.tv5monde.com et proposera des programmes sur l’Afrique : des journaux, des séries, des magazines produits par des chaînes nationales. Nous allons reprendre des émissions produites par des télévisions locales qui n’ont pas la chance d’être diffusées sur des chaînes internationales. Ce qui leur offrira également une certaine visibilité. Cette Web TV vise notamment les passionnés d’Afrique et la diaspora africaine à travers le monde. J’ai reçu, il y a un temps, un courrier d’une famille sénégalaise vivant au Texas. Cette famille avait suivi une émission sur son pays sur TV5. Les parents ont été bouleversés, parce que cela leur a permis de faire découvrir à leurs enfants, qui sont nés aux Etats-Unis, d’où ils viennent et leurs traditions. Je suis certaine qu’à travers le monde, il y a des familles comme celle-là qui souhaiteraient avoir accès à des chaînes de télévision de leur pays. Et puis, en France et ailleurs en Europe, nous avons des curieux qui veulent connaître l’Afrique. Tout comme en Chine, où l’Afrique suscite beaucoup d’intérêt.

Afrik.com : L’Afrique occupe finalement une place assez importante dans le plan stratégique de développement de TV5. Comment expliquez-vous cela ?

Marie-Christine Saragosse :
Quand on est une chaîne publique de la francophonie, je pense qu’on se doit d’être également tournée vers le Sud (l’Afrique et l’Asie). Si TV5 n’est pas une vitrine pour l’Afrique, je ne vois pas trop qui d’autre pourrait l’être. L’Afrique avance à grands pas. C’est légitime que TV5 soit présente pour accompagner cette évolution.

Afrik.com : En termes de « contenu » des programmes de la chaîne, vous avez cité, parmi les nouveautés, un magazine économique hebdomadaire dénommé Wari (« Argent » en Bambara). Pouvez-vous nous en dire plus?

Marie-Christine Saragosse :
Wari est une émission de 26 minutes qui sera diffusée à partir du 1er février et qui présentera aux spectateurs l’actualité économique de l’Afrique. L’idée c’est de montrer une image de l’Afrique qui gagne. Celle des entrepreneurs, des hommes d’affaires, des organisations, des Etats qui font des choses et qui les réussissent. Chaque semaine, le magazine proposera, sous forme de reportages, des dossiers sur des programmes en cours de développement en Afrique. Ils porteront sur des secteurs prioritaires comme l’éducation, l’environnement, le développement des infrastructures, etc. Wari est produite par un groupe sénégalais qui travaille en partenariat avec les institutions basées sur le sol africain, comme la BAD, la FIDA, la CEDEAO, l’UEMOA….

Afrik.com : La direction de TV5 dit qu’elle souhaite favoriser une meilleure exposition des programmes francophones, notamment ceux qui viennent du Sud. Vous parlez, dans ce cadre, de séries produites en Afrique qui vont être diffusées hors du continent. De quoi s’agit-il exactement ?
_ Marie-Christine Saragosse :
Il y a quelques années, nous avons pris le pari de faire passer en France une série québécoise. Les gens étaient sceptiques mais finalement cela a marché. C’est dans cette optique que nous allons diffuser, à partir de mars, sur le signal télé destiné à la France, la Belgique, la Suisse… des séries africaines. Nous avons déjà retenu Le Commissariat de Tampi et Quand les éléphants se battent, toutes les deux produites au Burkina Faso.

Afrik.com : Est-ce qu’il s’agit là d’une réponse au reproche souvent fait à TV5 de ne pas promouvoir le brassage culturel au sein de la Francophonie ?

Marie-Christine Saragosse :
Nous avons deux types de détracteurs. Il y a ceux qui nous disent qu’ils ne comprennent pas pourquoi on leur passe des journaux ou des émissions d’autres régions ou pays. Et ceux qui pensent que nous n’en faisons pas assez. Mais malgré ces reproches, nous comptabilisons 54 millions de spectateurs par semaine. Cela veut dire que nous sommes toujours aimés.

Lire aussi:

 TV5 Monde met le cap sur l’Afrique