Queen Etemé chante contre la drépanocytose

Un concert de solidarité destiné à recueillir des fonds contre la drépanocytose se déroulera pour la première fois le 20 mai prochain à Paris. Parmi les artistes qui se produiront : la grande Queen Etemé, première artiste à s’être engagée auprès de l’Organisation internationale de lutte contre la drépanocytose.

Pour oublier quelques instants la douleur de la drépanocytose, un concert de solidarité sera organisé le 20 mai prochain à Paris. Cet évènement, premier du genre, sera précédé d’une journée d’information et de sensibilisation des familles à cette maladie génétique, la plus répandue au monde. Sur la scène du Triptyque, on attend Humphrey, LS, Quinze ou encore K-reen. Et bien sûr la diva Queen Etemé, dont la voix chaude et puissante ne manquera pas d’enflammer les cœurs. L’artiste camerounaise, première à avoir rejoint les rangs de l’Organisation internationale de lutte contre la drépanocytose (OILD), nous a confié les raisons de son engagement et ce qu’elle attendait du concert de solidarité.

Afrik.com : Pourquoi avez-vous adhéré au combat de l’OILD ?

Queen Etemé :
Edwige (Ebakisse-Badassou, présidente de l’OILD, ndlr) m’a contactée il y a six ans et j’ai accepté tout de suite. Je ne me suis pas posée de questions. Cela me semblait naturel, normal. Au départ, j’avais un rôle de cœur. Je suis arrivée avec ma voix et ma voie pour apporter du réconfort. Je faisais des minis concerts de deux ou trois chansons. Par la suite, je me suis engagée en tant que femme tout court et je fais tout ce que je peux au quotidien, pas seulement dans le cadre artistique, pour soutenir la cause.

Afrik.com : Que signifie, pour vous, ce premier concert de solidarité ?

Queen Etemé :
Ce concert me rend heureuse parce qu’il symbolise l’union, le partage et l’échange. Les acteurs de la lutte pourront nous voir et il y aura des moments forts lorsqu’on parlera de la maladie. Avant, il y avait de petites interventions. Le 21 avril, j’ai par exemple fait un mini-concert de trois-quarts d’heure pour des enfants. Cette fois, le concert de solidarité marquera une action forte sur le plan artistique. D’autant plus que l’événement est pensé pour être pérenne. L’objectif est d’être des ambassadeurs culturels de la lutte contre la drépanocytose.

Afrik.com : Que pensez-vous que ce concert apportera aux familles ?

Queen Etemé :
J’espère que ce premier concert sera un message d’espoir. Les familles vont sortir de leur isolement. C’est vraiment réjouissant. Ces moments-là sont des moments d’espoir dans le combat. La détermination de ceux qui se battent et la curiosité des gens pour savoir ce qu’est la drépanocytose ne sont pas une victoire, mais ils nous encouragent.

Afrik.com : L’objectif de ce concert est aussi de récolter des fonds pour mener des actions…

Queen Etemé :
Lors de ce concert, nous voulons récolter le maximum d’argent pour que nos voix puissent aussi apporter les moyens qu’il faut afin de pouvoir faire avancer la cause et améliorer le quotidien des malades et surtout des familles des malades.

Afrik.com : En tant que première artiste à avoir rejoint l’OILD, quel rôle pensez-vous avoir par rapport à vos confrères ?

Queen Etemé :
Mon combat contre la drépanocytose est aussi humain. Il y a un vrai message, un don de soi et un élan du cœur. En tant que « pionnière » dans la lutte, mon rôle est de stimuler les artistes dans leur engagement : tout l’intérêt du combat est de tenir sur le long terme. Je ne le dis pas souvent, par pudeur, mais je suis marraine de 4 000 enfants à travers l’Afrique. Il n’y a pas que la drépanocytose. Mais pour tous ces combats, je combats avec mes tripes.

 Journée nationale d’information et d’éducation sur la drépanocytose :

Samedi 20 mai de 10h à 18h à la salle Eurosites

8 bis rue de la Fontaine-au-roi

75011 Paris

Métro : République

 Concert de solidarité :

Samedi 20 mai à 20h au Triptyque

142, rue Montmartre

75002 Paris

Métro : Grands Boulevards

PAF : 15 euros Location FNAC