Que peut-on retenir de la visite du président de la Transition du Gabon au Cameroun ?


Lecture 3 min.
Brice Oligui Nguema du Gabon et Paul Biya du Cameroun
Brice Oligui Nguema du Gabon et Paul Biya du Cameroun

Sur invitation du Président camerounais, Paul Biya, Brice Clotaire Oligui Nguema, président de la Transition et chef de l’État gabonais, a effectué sa première journée de travail et d’amitié en terre camerounaise, le mercredi 6 décembre 2023.

Après son accueil triomphal et sous une pluie battante, à l’aéroport international de Yaoundé Nsimalen, l’hôte du Cameroun, qui n’était autre que Brice Clotaire Oligui Nguema, avait rencontré la communauté gabonaise au Cameroun, puis il avait eu un tête-à-tête, de près de 2 tours d’horloge, avec son homologue camerounais Paul Biya.

Des tournées pour renouer les relations

« La rencontre avec le grand doyen Paul Biya, s’est très bien déroulée. Il nous a promis son soutien total, pour que les choses redeviennent à la normale au Gabon. Nous avons échangé sur les problèmes de coopération de la sous-région », a indiqué le président de la Transition du Gabon.

Pour la politicienne Jacqueline K.,  « après son coup de force qui l’a porté au pouvoir, Brice Clotaire Oligui Nguema, le nouvel homme fort du Gabon, a entamé des tournées sous régionales de visite de prise de contact. Et le 6 décembre dernier, c’était le tour du Cameroun. Les tournées en elles-mêmes ne sont pas mauvaises. Elles permettent de renouer les relations, de passer en revue certains points sensibles de la coopération, etc. Mais qu’est-ce qui se cache derrière ces multiples déplacements ? Est-ce pour expliquer les motivations de son coup de force, lequel a mis fin à la dynastie des Bongo ? Est-ce pour légitimer son pouvoir ? ».

Visite du dirigeant du Gabon au Cameroun en question

« Je tire à balle réelle sur la visite du président de la Transition gabonaise au Cameroun. Je n’ai rien contre lui. Mais un président en herbe sérieux, qui vient se ressourcer dans un pays où la longévité au pouvoir et à d’autres postes de responsabilité est fort appréciée. Dans un pays qui a un sous-sol riche et admiré par d’autres, mais dans lequel les populations tirent le diable par la queue. Un pays où les têtes bien faites et bien pleines s’expatrient, pour des motifs clairs et connus. Un pays où les armes continuent de crépiter pour de simples raisons. Un pays où le ramassage des ordures ménagères est très peu considéré. Un pays où, les grèves sont récurrentes », s’insurge le patriarche Roger L.

« Que le nouvel homme fort du Gabon tire le meilleur dans son périple en Afrique centrale. Car, cela y va pour la paix et la stabilité du peuple gabonais en particulier, mais aussi du continent africain en général. Retenons qu’être vieux ne veut pas forcément dire qu’on a un sac de sagesse et d’expériences. Un jeune collègue peut être plus expérimenté que son/ses vieux collègue(s) », a-t-il conclu.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter