« Prier pour la paix »: les Maliens choisissent un nouveau président dans un contexte de violence croissante

Soumaïla Cissé

Dimanche, des millions de Maliens ont voté au premier tour des élections présidentielles âprement disputées avec des accusations de fraude et des actes de violence djihadiste et intercommunautaire dans la nation ouest-africaine.

Les candidats avaient promis une issue à un conflit brutal de six ans qui a laissé plus de 61 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays  (contre 38 000 en décembre dernier) et 130 000 autres réfugiés dans les pays voisins.

Le gouvernement a indiqué qu’il avait déployé 30 000 soldats des forces de défense et de sécurité à travers le pays pour assurer le vote, après que des groupes de miliciens dans le centre du Mali et des extrémistes liés au réseau Al-Qaïda se sont engagés à le perturber.

Le scrutin s’est déroulé assez calmement dans la capitale, Bamako, mais 644 des 23 000 bureaux de vote du pays ont été obligés de fermer à la suite des informations selon lesquelles des hommes armés auraient brûlé des postes et des urnes et intimidé des agents électoraux, principalement dans le centre du Mali. Des roquettes ont également été tirées sur une base des Nations Unies dans le nord-est.

Les candidats ont déjà sonné l’alarme en ce qui concerne les irrégularités électorales potentielles, suscitant des craintes quant à la contestation des résultats du premier tour, attendus d’ici vendredi, ou ceux postérieurs au second tour du 12 août.

Les préoccupations tournent autour d’un registre électoral dit «parallèle» qui contient 1,2 million d’électeurs de plus qu’un registre audité par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) en avril. L’opposition a déclaré que certains des électeurs sont des doublons ou fictifs.

«Il y a une forte possibilité de troubles post-électoraux», a déclaré Yalla Sangare, une chercheuse du Mali à l’Université Sainte-Anne du Canada.

« Le vieil homme doit partir »

Un total de 24 candidats ont pris part au vote de dimanche, leurs affiches se bousculant pour l’espace au-dessus des rues bondées et poussiéreuses de Bamako, offrant des promesses pour « Sauver notre Mali » et « Rétablir l’espoir ensemble ». Une seule candidate, Djeneba N’Diaye, se tenait sous le slogan: « Votez pour une femme, les hommes ont échoué« .

Les analystes prédisent une course de deux chevaux entre le président sortant, Ibrahim Boubacar Keita, 73 ans, au pouvoir depuis 2013, et le favori de l’opposition Soumaïla Cissé, 68 ans, ancien ministre des Finances.

Keita est arrivé tôt dimanche matin dans un bureau de vote à Bamako, vêtu d’une longue robe blanche. Il a été accueilli par une foule de partisans et une présence de sécurité lourde comme son cortège de voiture à travers une rue latérale non pavée rendue boueuse par la pluie toute la nuit

Les partisans scandaient « Boua ta Bla« , ce qui se traduit à peu près par « le vieil homme n’abandonnera pas ». C’est une réponse à un refrain popularisé par les jeunes militants de Bamako durant la campagne: « Boua ka bla », « le vieil homme doit partir« .

Keita, communément connu sous le nom d’IBK, a hérité d’un pays au bord du gouffre après un soulèvement armé en 2012 par les rebelles séparatistes touaregs du nord. Le soulèvement a déclenché un coup d’Etat militaire par un groupe de soldats mécontents du traitement de la crise par le président de l’époque, Amadou Toumani Touré.

Au milieu du chaos, les séparatistes ont pris davantage le contrôle des centres de population clés dans le nord. Ils ont été rejoints et plus tard mis sur la touche par des militants liés à al-Qaïda qui ont imposé une loi de la charia stricte sur les zones sous leur occupation.

Les troupes françaises sont intervenues en janvier 2013 pour repousser l’avancée des islamistes, et une mission de maintien de la paix de l’ONU de 12 000 hommes, connue sous son acronyme français MINUSMA, a été créée trois mois plus tard.
La violence monte

Le conseiller spécial et porte-parole de Keita, Blaise Sangaré, a indiqué à IRIN que la situation sécuritaire s’était «améliorée» sous la surveillance du titulaire. La violence extrémiste, a-t-il dit, « n’est pas seulement une question malienne – elle est partagée par toute la région« .

Les partisans soulignent également que l’économie malienne s’est développée sous Keita, avec une croissance du PIB de 5,3% en 2017, soutenue par la production agricole et minière.

Vendredi soir, des milliers de partisans de Keita se sont rassemblés sur une place publique au bord du fleuve Niger à Bamako pour un dernier rassemblement de campagne. Abdourahamane Sissoko, un enseignant de 32 ans, a déclaré que Keita devrait être applaudi pour ses cinq années au pouvoir : « Il est venu quand le Mali était à genoux », a-t-il dit. « Il a ramassé le pays. »

Mais Keita, qui a battu Cissé en 2013, a vu sa popularité diminuer ces derniers temps, en grande partie à cause de l’insécurité. Malgré la présence de soldats onusiens, français et régionaux, les extrémistes ont progressivement étendu leur zone d’influence du nord poreux vers le centre du pays.

Ils ont également lancé des attaques spectaculaires contre la capitale, dont un attentat de grande envergure contre l’hôtel Radisson Blu à Bamako en 2015, et ont fait de la MINUSMA la mission la plus dangereuse de l’histoire de l’ONU avec 170 morts à ce jour.

La veille du scrutin a été marquée par des attaques contre une base appartenant au G5 Sahel, une force régionale antiterroriste, et un aéroport dans la ville centrale de Sévaré.

Les forces de sécurité maliennes ont également été impliquées dans des exécutions extrajudiciaires dans le centre, où la violence intercommunale a coûté la vie à au moins 300 personnes cette année, selon l’ONU.

Un accord de paix négocié par les Algériens entre les séparatistes et le gouvernement malien a été signé à Bamako en juin 2015, mais les analystes estiment qu’il n’a pas été mis en œuvre de manière significative.

« Nous avons voté pour l’IBK en 2013, espérant qu’il ramènerait la paix« , a déclaré Abdrahamane Camara, un bricoleur de 50 ans, alors qu’il faisait la queue pour voter. « Mais les choses ont empiré.« 

« Corruption, népotisme, clientélisme »

Les détracteurs critiquent également Keita pour avoir promu des membres de la famille à des postes de haut niveau, passé à travers cinq premiers ministres en autant d’années, gaspillant de l’argent alors que la pauvreté reste élevée et l’insécurité alimentaire grandit.

«Les jeunes ayant une vision claire s’opposent à l’IBK», a déclaré Ibrahima Kébé, un jeune activiste de premier plan. « Il a été incapable d’apporter de vraies solutions au pays – juste la corruption, le népotisme, le clientélisme. »

Kébé et d’autres activistes de la jeunesse y compris Youssouf « Ras Bath » Bathily ont soutenu publiquement Cissé, qui sera probablement celui qui représentera l’opposition au second tour contre Keita. Les analystes voient cependant le contrôle de Keita sur des médias et les fonds publics comme lui donnant un avantage.

Quel que soit le résultat, « les défis auxquels est confronté le gagnant sont énormes« , a déclaré Andrew Lebovich, un membre du Conseil européen des relations étrangères.

« Alors que tous les candidats ont parlé de la nécessité de réduire la corruption et d’améliorer la croissance et le développement, ce sera un immense défi de s’assurer que toutes les améliorations atteignent la majorité des citoyens maliens« , a-t-il déclaré.

La principale préoccupation sera d’améliorer la sécurité dans le nord et de mettre fin à un conflit intercommunautaire en rapide escalade dans le centre qui oppose les éleveurs Fulani à une milice nouvellement formée de chasseurs dogons.