Pourquoi l’Algérie et le Maroc ont décidé de rouvrir leur frontière commune


Lecture 2 min.
Frontière Maroc et Algérie (30 oct 21)
Frontière entre Maroc et Algérie

Un accord aurait été trouvé entre les autorités algériennes et leurs homologues marocaines pour la réouverture de leur frontière commune. A quelles fins ?

Le poste frontière Zouj Beghal, situé à la périphérie d’Oujda, sera ouvert suite à un accord trouvé entre les autorités marocaines et celles algériennes, en vue de relier à nouveau les deux pays. Seulement, les deux pays ont convenu d’une ouverture temporaire de ce poste frontière, en vue de procéder à l’extradition de onze ressortissants algériens et un autre individu, présenté pour étant un Européen.

Selon la presse du royaume chérifien, ces personnes devraient quitter le Maroc pour être acheminées vers l’Algérie. Elles seraient donc au nombre de douze, qui font tous l’objet de mandats d’arrêts internationaux que vient d’exécuter le Maroc, qui les avait incarcérées dans ses prisons. Suite à une requête adressée par les autorités judiciaires algériennes, la Cour de cassation du Maroc aurait donc tranché en faveur de leur extradition.

L’ouverture ponctuelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie, notamment celle de Zouj Beghal, sur la base du respect, par les autorités marocaines, des accords internationaux de lutte contre la criminalité transnationale organisée, a permis le transfert de ces douze personnes. Ce, dans le cadre des procédures d’extradition en matière de sécurité et de coopération judiciaire entre le Maroc et l’Algérie.

Cette décision intervient au moment où le Maroc et l’Algérie traversent une crise diplomatique sans précédent, ponctuée par de récurrentes escalades. Outre la rupture de leurs relations diplomatiques prononcée par Alger, des menaces sont intervenues dans les relations entre les deux pays voisins en Afrique du Nord. Des manœuvres navales aux abords des frontières marocaines et des missiles pointés en direction du royaume, côté algérien.

Côté marocain, ce sont des acquisitions d’armements tous azimuts. Des hélicoptères de combat d’origine turque, des véhicules militaires en provenance des Etats-Unis, des drones israéliens et même des anti-missiles que devraient lui livrer l’Etat hébreux. C’est dire que le Maroc se prépare à toute éventualité. Une situation extrêmement tendue entre les deux pays et qui inquiète à l’international.

A lire : L’Algérie ferme son espace aérien au Maroc, à cause de l’affaire Kabylie ?

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter