Plusieurs journaux interdits de paraître au Gabon

Le Conseil national de la communication (CNC) gabonais a suspendu mardi six journaux privés pour des « violations des principes de déontologie et d’éthique », rapporte un communiqué de l’institution rendu public mercredi. Deux autres titres ont reçu « des mises en demeure de respecter les règlements ».

Notre correspondant au Gabon

Plusieurs journaux gabonais – Nku’U le Messager, Le Scribouillard, Echos du Nord, Le Crocodile, L’ Ombre et La Nation – ont écopé mardi dernier d’une interdiction provisoire de paraître, de la part du Conseil national de la communication ( CNC), pour violation des principes de déontologie et d’éthique.

 » Le conseil s’insurge contre le fait que, malgré les nombreux appels à l’ordre et autres sanctions, la presse gabonaise continue de s’illustrer malheureusement dans le relais tous azimuts de la rumeur publique, faisant ainsi montre de paresse dans l’investigation, chose fondamentale dans le métier de journaliste », déclare le communiqué du CNC.  » Loin d’une banale impression, il s’agit d’un réel constat que nous déplorons amèrement. Notre presse, en effet, souffre de l’amateurisme des journalistes et de leurs encadreurs. Aussi, au lieu d’éclairer le public sur l’authenticité ou non des faits colportés par la rumeur, les médias gabonais, pour la plupart , relaient celle-ci et s’en font les complices en l’amplifiant. Devenant ainsi les supports de la désinformation et de l’intoxication », a poursuivi le communiqué.

Les critiques du pouvoir sanctionnés

Le communiqué cite plusieurs articles des journaux suspendus qui, selon l’institution,  »versent dans la division ethnique, l’invective, l’injure et la calomnie », mettant  »ainsi en péril la cohésion sociale et l’unité nationale ». Le CNC dénonce notamment les articles «Et s’instaure la monarchie» paru le 26 octobre dans Nku’u Le Messager, «Les prémices d’un Etat voyou» publié le 29 octobre dans Les Échos du Nord et «L’unifang, Mbanié et l’argent du pétrole» paru le 30 octobre dans Le Crocodile.

Nku’U le Messager et Le Crocodile écopent d’une interdiction provisoire de paraître d’un mois. Le Scribouillard, L’ Ombre et La Nation ne pourront plus paraître pendant deux mois. L’Echos du Nord écope, quant à lui, d’une suspension de trois mois. Par ailleurs, le CNC a suspendu l’émission Entre Nous, diffusée par la Radio télévision Canal Espoir. Il accuse les journalistes de ce média de ne pas maîtriser les techniques de diffusion d’une émission en direct.

Le même jour, mardi 12 novembre, la coalition des partis politiques de l’opposition gabonaise avait rendu publique une déclaration invitant la population à se mobiliser pour défendre ses droits et libertés. Son porte-parole, l’ancien Premier ministre, Jean Eyéghé Ndong, demandait aux Gabonais de ne pas se laisser distraire par les effets d’annonce et à combattre toutes les mesures prises par les nouvelles autorités de Libreville, lesquelles portent atteinte aux libertés d’opinion, d’expression et d’association.

Lire aussi:

 Gabon : l’opposition appelle la population à se mobiliser pour défendre les libertés démocratiques

 Vers la suppression des libertés syndicales au Gabon ?