Paul Aussaresses : « On a tué Audin »

Dans un document exclusif diffusé ce mercredi dans le Grand Soir 3, le général Aussaresses confie au journaliste Jean-Charles Deniau être à l’origine du meurtre du militant Maurice Audin. Des aveux qu’il aurait faits pour protéger le général Massu.

Le général Paul Aussaresses, décédé le 3 décembre dernier, a avoué le meurtre de Maurice Audin. Dans un document diffusé en exclusivité dans le Grand Soir 3 de ce mercredi 8 janvier, le défunt général avoue au journaliste Jean-Charles Deniau avoir donné l’ordre d’assassiner le membre du Parti communiste algérien (PCA). Ses proches, des journalistes et des historiens ont toujours été convaincus que Maurice Audin avait été torturé et tué par les services français car il était militant de la cause de l’indépendance algérienne. Une thèse sans cesses réfutée par la France qui a conclu à une « bavure ».

Dans cet enregistrement, le général Paul Aussaresses fait des aveux posthumes au journaliste Jean-Charles Deniau : « On a tué Audin », avoue-t-il. « On l’a tué au couteau pour faire croire que c’était les Arabes qui l’avaient tué », poursuit le défunt tortionnaire. « Qui c’est qui a décidé de ça ? C’est moi. La vérité, c’est qu’on a tué… J’ai dit : ‘Il faut qu’on tue Audin’. »

Dans son livre intitulé « La vérité sur l’affaire Audin », à paraître ce jeudi, le journaliste Jean-Charles Deniau confirme que Maurice Audin a été exécuté sur ordre du général Massu. Ce dernier aurait eu l’assentiment du pouvoir de l’époque. D’après les confessions d’Aussaresses, le jeune militant communiste âgé alors de 25 ans a été exécuté par le sous-lieutenant Gérart Garcet.

Dans un premier temps, Aussaresses a « préféré dire que c’est lui qui l’a fait » afin de protéger le général Massu. Mais il n’en demeure pas moins que le général Aussaresses agissait sous la responsabilité du général Massu.

« Ca a été très difficile de le faire parler », raconte le journaliste sur France Inter. « On pense que ce soir là, les gens qui ont exécuté Audin n’ont pas creusé une fosse. Ils sont allés là où en existait déjà une », estime l’auteur des révélations qui donne des précisions sur l’endroit où aurait été enterré Audin. « Les autorités algériennes devraient faire une enquête pour retrouver les lieux. Avec les témoignages dans le livre, nous avons pu définir un pourtour où Audin a été enterré. »