Orascom arrive à Tunis

L’opérateur égyptien de télécommunications Orascom Telecom (OT) a remporté la concession de la deuxième licence de téléphone mobile (GSM) en Tunisie en présentant une offre de 454 millions de dollars. L’entreprise égyptienne flashe sur l’Afrique du Nord.

Après l’Algérie, l’opérateur égyptien de télécommunications Orascom telecom s’installe en Tunisie. Il vient de rafler la deuxième licence de téléphone mobile au nez des Espagnols de Telefonica et des Koweïtiens de Koweït Telecom pour la somme de 454 millions de dollars. Orascom devra débourser 227 millions de dollars à la signature du contrat de concession et la seconde partie avant la fin de l’an 2002. Le réseau, actuellement opérationnel, en Tunisie a été construit par l’opérateur français Alcatel, puis par le Suédois Ericsson. Il est géré exclusivement par Tunisie Télécom. L’opérateur égyptien a su mieux surenchérir que ses concurrents. En offrant 73 millions de dollars de plus que lors du premier appel d’offres, lancé l’année dernière, il a eu les faveurs du ministère tunisien des Postes et télécommunications.

Haro sur l’Afrique du Nord

Orascom Telecom, détenue à environ 60% par l’homme d’affaires égyptien Naguib Sawiris, le reste étant réparti sur les Bourses de Londres et du Caire, a commencé son offensive nord-africaine l’année dernière. La signature de la première licence algérienne de téléphonie mobile pour 737 millions de dollars était fraîche, en juillet dernier, quand elle a postulé pour la concession tunisienne. Une concession de 15 ans, renouvelable pour 5 autres années.

Cette offensive nord-africaine se fait au détriment de l’Afrique subsaharienne. En septembre dernier, devant la grogne de ses actionnaires et à cause de manque de liquidités, l’opérateur égyptien a mis en vente ses 80 % du capital de Telecel, le plus grand opérateur privé de SM qui détient des licences dans une dizaine de pays africaines. Opération saluée par la bourse du Caire. Les actions d’Orascom sont de nouveau en hausse.

Lire aussi :

Les ambitions pharaoniques d’Orascom Telecom.

Les Pharaons gagnent la bataille du mobile en Algérie.

Orascom lâche l’Afrique subsaharienne.

Orascom revoit ses prix à la hausse.