Obama en disciple d’Oussama : la caricature qui fâche

Il voulait dénoncer les détracteurs du candidat démocrate Barack Obama. Mais le journal américain pro-démocrate The New Yorker n’a fait qu’alimenter la polémique. Une caricature, condensé de toutes les critiques et les rumeurs dont font l’objet le couple Obama, figurait en « une » de l’édition de lundi du journal.

Obama en apôtre de l’islam radical. C’est sous ces traits peu flatteurs que The New Yorker a caricaturé le candidat démocrate à la présidentielle américaine. En « une »de son édition du 14 juillet, le sénateur de l’Illinois est vêtu d’une djellaba, chaussé de babouches et arbore une coiffe musulmane. Il fait un fist bump (saluer poing contre poing, à la manière des rappeurs) à sa femme, Michelle. Cette dernière arbore, elle, une coupe afro, un treillis militaire et porte une kalachnikov. Le couple se tient au milieu du bureau ovale, sur le mur duquel trône un portrait d’Oussama ben Laden, au-dessus d’un feu de cheminée où se consume le drapeau américain.

La provocation pourrait faire sourire lorsqu’on connaît la ligne éditoriale de l’hebdomadaire américain. Réputé pro-démocrate et destiné à un lectorat d’intellectuels de gauche, le journal a voulu tourner en dérision la campagne de désinformation et les « politiques de la peur » qui alimentent la course à la présidentielle. Depuis quelques mois, elles tentent de déstabiliser Barack Obama en l’associant à l’islam et aux islamistes. « C’est une satire, non pas des Obama mais des rumeurs et des mensonges à leur encontre », se défend le rédacteur en chef du New Yorker, David Remnick. Le principal intéressé ne s’est pas encore exprimé, mais son équipe est montée au créneau dès la parution du journal, exprimant sa « consternation ». « Le New Yorker doit estimer (…) que leur couverture est une satire des caricatures qu’ont tenté de créer les critiques de droite du sénateur Obama. Mais beaucoup de lecteurs vont la trouver de mauvais goût et offensante. Nous aussi. », a déclaré le responsable de la communication de Barack Obama.

Un embarrassant quiproquo

La publication de cette caricature relance la polémique sur les attaques récurrentes dont le candidat afro-américain fait l’objet depuis son entrée en campagne. Beaucoup de sites d’extrême-droite le présentent comme un « musulman secret ». Le candidat républicain John McCain, avait lui-même qualifié son adversaire de « candidat préféré du Hamas » il y a quelques semaines. Plus tôt dans la course à la présidentielle, sa rivale démocrate Hillary Clinton avait régulièrement souligné que son deuxième prénom était Hussein.

La chaîne de télévision Fox News, clairement pro-républicaine, avait qualifié la manière du couple Obama de se taper les poings de « poing terroriste menaçant », avant de s’excuser face à la polémique soulevée. Peu avant, le média avait déjà diffusé une fausse information. Selon Fox News, le candidat démocrate aurait étudié dans une école coranique pendant les années passées en Indonésie, le plus grand pays musulman du monde. Des propos démentis par le témoignage du directeur de l’école en question. Ce n’était pas le premier dérapage de Fox News. Le lapsus d’une présentatrice parlant d’ « Ossama » (le nom d’Oussama à l’américaine) au lieu d’ « Obama » a fait le tour des médias en quelques heures. La chaîne avait dû déjà présenter des excuses publiques.

Les préjugés nés du 11-Septembre ont la vie dure

Pour rétablir la vérité, Barack Obama a créé, il y a quelques semaines, un site dans lequel il démonte, une à une, toutes les fausses rumeurs circulant sur son compte (FightTheSmears.com). Cette initiative est partie d’un ragot de trop. Il prêtait à son épouse des propos racistes envers les blancs. Michelle Obama est aussi souvent épinglée par les républicains sur son patriotisme. Notamment depuis qu’elle a affirmé lors d’un meeting qu’elle était « pour la première fois fière de [son] pays ». On l’assimile même parfois, comme le suggère la caricature, aux Black Panthers [[Black Panthers : mouvement afro-américain révolutionnaire et protestataire qui prône le « Black power » et s’oppose à la domination des Blancs]].

Barack Obama s’efforce donc à chaque apparition d’afficher son patriotisme et de défendre ses valeurs chrétiennes. Chrétien protestant, il clame haut et fort sa foi dans un pays où islam et 11-Septembre vont désormais de pair. Selon certains sondages, 12% de l’électorat américain pense encore, après 18 mois de campagne, que Barack Obama est musulman…