Notice rouge émise par Interpol contre Isabel dos Santos, ce que l’on sait

Isabel dos Santos
Isabel dos Santos

Interpol a émis une notice rouge à l’encontre de la femme d’affaires angolaise Isabel dos Santos. La fille de l’ancien Président se dit victime d’une persécution politique.

La police des polices, Interpol, a confirmé, hier mercredi 30 novembre 2022, avoir publié une notice rouge. Celle-ci vise Isabel dos Santos, fille de l’ancien Président Eduardo dos Santos. L’agence mondiale de police demande aux autorités policières des pays tiers de localiser la femme d’affaires angolaise et de la placer en détention.

Interpol précise toutefois qu’une notice rouge n’est pas un mandat d’arrêt international. La police des polices indique qu’il s’agit juste d’une demande de localiser et d’arrêter provisoirement une personne dans l’attente de son extradition ou de sa remise à la disposition de la justice. Action qui vise l’une des femmes les plus riches du continent africain, actuellement en exil en Europe.

Des malversations qui remontent à l’ère de José Eduardo dos Santos

Âgée de 49 ans, Isabel dos Santos est poursuivie par la justice angolaise qui la soupçonne de détournement de fonds, fraude, trafic d’influence et blanchiment d’argent. Entre autres délits, il est reproché à femme d’affaires d’avoir détourné des fonds de l’entreprise pétrolière étatique, la Sonangol. Des montants colossaux qui avoisineraient le milliard de dollars américains. Mais la fille de l’ex-dirigeant nie en bloc ces accusations.

Ces malversations présumées remonteraient à l’époque où son père était au pouvoir dans ce pays d’Afrique Centrale. José Eduardo dos Santos avait dirigé l’Angola de 1979 jusqu’à sa retraite politique, en 2017. Son successeur, l’actuel Président João Lourenço, avait lancé une traque à l’encontre de ses proches. Une lutte contre la corruption qui vise la fille du défunt chef d’État, décédé le 8 juillet à Barcelone, en Espagne.