Décès de Jose Eduardo dos Santos, ce que l’on sait

Jose Eduardo Dos Santos
Jose Eduardo Dos Santos, ancien Président angolais

L’ancien Président angolais, Jose Eduardo dos Santos, qui a régné sans partage pendant 38 ans dans ce pays d’Afrique Australe, est décédé, ce vendredi dans une clinique en Espagne. L’ex-dirigeant à avait été victime d’une attaque cardiaque. L’une de ses filles, Tchizé, a porté plainte en Espagne pour des «faits présumés de tentative d’homicide».

Hospitalisé depuis deux semaines après un arrêt cardiaque, l’ancien Président angolais, Jose Eduardo dos Santos, est décédé dans une clinique de Barcelone, en Espagne. C’est avec «un sentiment de grande douleur et de consternation que nous apprenons le décès de M. Jose Eduardo dos Santos», a annoncé le gouvernement angolais, dans un communiqué. Le défunt était âgé de 79 ans. Cinq jours de deuil national ont été décrétés.

Après cette perte, Luanda dit s’incliner, «avec le plus grand respect et la plus grande considération», devant la mémoire de celui qui a «présidé avec clarté et humanisme au destin de la nation angolaise, à des moments très difficiles». Dans la soirée, le chef de l’Etat a déclaré que «l’Angola vient de subir une énorme perte, celle d’un homme qui a consacré sa vie au pays». Le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a reconnu la perte d’un «révolutionnaire hors pair et un grand dirigeant».

Jose Eduardo dos Santos est accusé d’avoir détourné les ressources du pays qu’il a dirigé pendant 38 ans. Il lui est reproché d’avoir favorisé sa famille et ses proches, notamment sa fille Isabel à qui le dirigeant de père a ouvert de vastes boulevards lui ayant permis de devenir immensément riche. Elle est d’ailleurs considérée comme l’une des femmes les plus riches du continent africain.

Arrivé au pouvoir en 1979 dans un contexte de guerre civile, Dos Santos avait annoncé son retrait en 2016. Un an plus tard, il quittait le pouvoir en 2017. Il a été remplacé par son dauphin Joao Lourenço. Contre toute attente, son successeur avait déclenché une chasse aux sorcières en lançant une vaste campagne contre la corruption.

Lire : Jose Eduardo Dos Santos de retour en Angola, pour négocier ?