Nigeria : Muhammadu Buhari demande l’aide d’Obama contre Boko Haram

Le président du Nigeria Muhammadu Buhari en visite aux Etats-Unis doit rencontre Barack Obama ce lundi. Le chef de l’Etat nigérian peine à empêcher les attaques de Boko Haram dans son pays qui se sont multipliées pendant le mois de Ramadan. Il devrait solliciter des moyens logistiques américains. L’intensification des relations commerciales entre les deux pays sera aussi au sujet des discussions.

Le président du Nigeria Muhammadu Buhari est en visite aux Etats-Unis depuis ce dimanche. Il tente de normaliser les relations entre le deux pays qui s’étaient considérablement dégradées à la fin du mandat de l’ancien chef d’Etat nigérian Goodluck Jonathan. Au cours de sa rencontre avec son homologue américain, Barack Obama, ce lundi, la lutte contre Boko Haram devrait être au cœur des discussions qui n’éluderont pas les sujets économiques, notamment les moyens de renforcer les relations commerciales entre les deux pays.

Une coopération militaire accrue ?

Depuis l’investiture du président Muhammadu Buhari le 29 mai dernier, les attaques de Boko Haram qui se sont multipliées au cours du mois de Ramadan, ont fait près de 700 morts. Alors qu’il avait fait de la lutte contre le groupe armé la priorité de sa campagne, les résultats de son action tardent à se faire sentir. Le Nigeria a besoin de moyens logistiques et financiers pour le fonctionnement de son nouveau centre de commandement.

Lire sur le sujet: Nigeria : triple explosion à Damaturu, 13 morts

Le chef de l’Etat nigérian espère la reprise des formations militaires américaines et une augmentation du soutien financier à la force panafricaine qui se met en place en collaboration avec l’armée tchadienne, béninoise, camerounaise et nigérienne. Une collaboration accrue du renseignement va être discutée entre Barack Obama et Muhammadu Buhari qui doit rencontrer ensuite le chef d’état-major inter-armées, Martin Dempsey et le secrétaire adjoint à la Défense, Robert Work, pour les questions spécifiques.

Le volet économique

Les programmes de formations notamment avaient été interrompus quand l’ancien président Goodluck Jonathan avait critiqué l’année dernière l’insuffisance de l’aide américaine pour retrouver les plus de 200 lycéennes de Chibok. Il avait interrompu la collaboration avec Washington quand une vente d’hélicoptères au Nigeria par Israël avait été annulée sous pressions américaines, rapporte RFI. Les Etats-Unis l’avaient accusé de mal gérer la menace terroriste.

Le Nigeria espère l’aide américaine pour lutter contre la corruption dans le pays. Muhammadu Buhari va demander des informations pour permettre le rapatriement de milliards de dollars dissimulés dans des comptes à l’étranger. Outre ses rencontres avec le vice-président Joe Biden et le secrétaire d’Etat américain John Kerry, le président nigérian doit intervenir devant la Chambre américaine de commerce et le Conseil américain des dirigeants d’entreprises pour l’Afrique (CCA) pour évoquer les possibilités d’accroître les investissements internationaux dans le pays. Les Etats-Unis souhaitent augmenter leurs importations de pétrole en provenance du Nigeria.