Nigeria : des morts mystérieuses dans le nord du pays doivent être imputées au nouveau coronavirus

Depuis quelques temps de nombreux décès inexplicables sont observés dans le nord du Nigeria. Ces derniers devraient en réalité être imputés au coronavirus. 

A l’entame du phénomène, les autorités ont imputé les décès à des pathologies comme le diabète, l’hypertension et le paludisme. Une mission officielle a par la suite permis de comprendre que ce n’était pas le cas et que la plupart de ces morts était imputable au coronavirus. Au cours du mois dernier, Kano, métropole fortement peuplée basée au nord du Nigeria (presque 10 millions d’habitants) a enregistré de nombreuses pertes en vies humaines, surtout parmi les personnes âgées. Sans détour,  le Dr Ibrahim Musa a admis l’évidence: « Nous ne pouvons pas nier le fait que le Covid-19 fait des ravages à Kano et dans la région, mais les autres épidémies qui ont précédé cette pandémie rajoutent encore des complications à gérer cette crise ».

Une bombe à retardement

Mardi, l’État de Kano a officiellement enregistré 666 cas d’infections au coronavirus dont 32 décès. Il s’agit à l’heure actuelle du deuxième foyer de contamination du pays après Lagos. Notons par ailleurs qu’il n’est pas possible d’avoir des informations plus précises quant à la situation, à cause du faible nombre de tests réalisés dans cette partie du pays. Par ailleurs, la population locale est majoritairement musulmane et les défunts sont enterrés quelques heures après leur décès. Dans ce contexte, difficile d’autopsier qui que ce soit. Les autorités en sont donc réduites à questionner les familles, sur les symptômes affichés par les personnes décédées.

Malgré les interdictions et en cette période de ramadan, les fidèles font le choix de se tourner vers Dieu en se rendant dans les mosquées. Tout cela favorise la propagation de la maladie qui continue de faire des ravages en silence. D’ailleurs, d’autres morts mystérieuses ont été enregistrées dans les Etats de Bauchi (110 décès dans la ville d’Azare), Yobe ou encore Jigawa, tous voisins de Kano. Déjà confronté à divers problèmes tels que le terrorisme et le banditisme, la région nord du Nigeria se serait bien passée de cette nouvelle situation macabre.