Nigeria : Boko Haram attaque près de Maiduguri

Une nouvelle attaque de Boko Haram a fait au moins six morts, près de Maiduguri, alors que le Président tchadien a annoncé que la secte islamiste était décapitée.

Au moins six personnes ont été tuées par Boko Haram, près de Maiduguri, dans la localité de Bale Mamman, selon une source sécuritaire, qui en a fait l’annonce, ce mercredi 12 août 2015. Les combattants rebelles étaient en train de voler du bétail quand des habitants ont alerté les forces de sécurité. Le temps que les soldats arrivent, six personnes avaient été abattues, mardi dernier.

Lire sur le sujet: Nigeria : Abubakar Shekau expulsé de Boko Haram, selon Idriss Deby

D’après un soldat et un milicien local, ce serait huit personnes qui auraient été tuées, en plus de quatre femmes enlevées au cours des combats qui ont duré plusieurs heures entre les combattants islamistes et les soldats de l’armée nigériane. L’attaque s’est déroulée près de Maiduguri, la plus grande ville du nord-est du Nigeria, qui compte près de deux millions d’habitants. Elle est régulièrement la cible d’assauts de Boko Haram.

Manque de dialogue entre communautés chrétienne et musulmane

« Boko Haram est décapité. Il y a de petits groupes éparpillés dans l’est du Nigeria, à la frontière avec le Cameroun. Nous sommes en mesure de mettre définitivement hors d’état de nuire Boko Haram », a annoncé Idriss Déby. Il prédit la fin de la guerre et la disparition de la secte islamiste avant la fin de l’année.

Lire sur le sujet: Tchad : Idriss Déby annonce la fin imminente de Boko Haram

L’archevêque nigérian Josiah Idowu-Fearon a récemment critiqué le manque de dialogue des autorités chrétiennes qui ont craint une « islamisation » du pays en pensant que les dirigeants musulmans soutenaient le groupe islamiste. Ces divisions avaient affaibli la lutte contre Boko Haram, selon lui. « Nous avons averti les dirigeants de mon pays, l’Association chrétienne du Nigeria, en leur disant d’écouter les dirigeants musulmans car ils ne soutiennent pas Boko Haram. (…) Désormais, ils changent d’avis… Il y a plus de musulmans tués que de chrétiens dans le nord-est du Nigeria », a indiqué l’archevêque, rapporte la BBC.

Il s’agirait d’une critique voilée de la politique mise en place par l’ancien Président Goodluck Jonathan, chrétien, par rapport à celle de l’actuel chef d’Etat, Muhammadu Buhari, de confession musulmane. Certains observateurs avaient souligné le désengagement forcé des personnalités musulmanes notamment au sein des postes de commandement de l’armée comme facteur explicatif du soutien dont pouvait bénéficier Boko Haram parmi les populations déshéritées du nord du Nigeria. L’équilibre face à un pouvoir politique contrôlé par les chrétiens avait alors été rompu.

Lire sur le sujet :

Nigeria-Boko Haram : Abubakar Shekau, une « brute dénuée du moindre sentiment »

Nigeria-Révélations : Boko Haram « sert les intérêts de l’OTAN »