Nigeria : 60 ans après l’Indépendance où en est le pays le plus peuplé d’Afrique ?


Lecture 12 min.
Carte nigeria

En souvenir de Ken Saro-Wiwa (Bori, 10 octobre 1941 – Port Harcourt, 10 novembre 1995), pendu pour avoir attaqué Shell, qui ruinait le delta du Niger et pour défendre son propre peuple, les Ogoni.

Dans une lettre, avant d’être pendu, à son ami l’écrivain Willam Boyd, Ken Saro-Wiwa a écrit : Mon moral est bon. Il ne fait aucun doute que mes idées l’emporteront avec le temps, mais je devrai endurer la douleur de ce moment… le plus important pour moi est que j’ai utilisé mes compétences en écriture pour permettre au peuple Ogoni de tenir tête à leurs bourreaux. Je n’ai pas pu le faire en tant qu’homme d’affaires ou en tant que politicien. Mes écrits l’ont fait. Et cela me rend heureux. Je suis mentalement préparé au pire, mais j’espère le meilleur. Je pense que j’ai moralement gagné.

Le Nigeria est beaucoup de Nigerie. Le pays a des frontières tracées par le colonialisme anglais qui contiennent des ethnies, des religions, des expressions idiomatiques et des cultures très différentes. Il existe 250 groupes ethniques, trois dominants: les Ibo à l’est, les Yorubà à l’ouest et les Haoussa au nord. Ces peuples n’ont pas accédé à l’indépendance avec les guerres de libération nationale.

Le 1er octobre, le Nigeria a célébré 60 ans d’indépendance du colonialisme britannique. Le 1er octobre 1960, les Nigérians se sont rassemblés sur la place Tafawa Balewa à Lagos lorsque la princesse Alexandra, représentante de la reine d’Angleterre, a remis les symboles de l’indépendance au Premier ministre Tafawa Balewa, d’origine haoussa, qui a ensuite donné son nom à la place.

Avec ses 35 millions d’habitants à l’époque, le Nigeria était déjà l’État africain le plus peuplé et la situation sociale et économique n’était pas mauvaise. Après 60 ans, les choses ont changé. Le Nigeria est toujours aujourd’hui le pays le plus peuplé d’Afrique et a récemment dépassé les 200 millions d’habitants. Lors du dernier recensement en 2006, la population du Nigeria était de 140 millions d’habitants et devrait devenir le troisième pays le plus peuplé du monde au cours des 30 prochaines années. Mais il pourrait y avoir un désastre démographique. Ce qui est préoccupant, c’est le taux élevé de chômage des jeunes et les faibles possibilités d’accès à l’éducation pour les enfants. Aujourd’hui, le Nigeria est un pays riche, où les riches sont peu nombreux et les pauvres nombreux.

Lagos est une ville côtière et en plus d’avoir de nombreuses petites rivières et lagunes, elle possède plusieurs plages sur environ 180 kilomètres le long de l’océan Atlantique. Presque à la même période, fin des années 1400 au début des années 1500, les marchands portugais ont appelé les îles Bom Bahia Bombay et Lagos qu’ils ont trouvé sur le golfe de Guinée.

Les deux villes, encore aujourd’hui, ont des points communs. L’industrie cinématographique, par exemple. À Bombay, il y a Bollywood, à Lagos, il y a Nollywood, les deux plus grandes industries cinématographiques du monde. Mais, avant tout, ce sont des mégapoles avec des méga bidonvilles; à Bombay il y a Dharavi et bien d’autres bidonvilles, 60% des habitants vivent dans des bidonvilles, à tel point qu’on l’appelle Slumbai. Lagos est aussi une ville de bidonvilles. Parmi eux se trouve Makoko, un bidonville spécial avec des cabanes sur pilotis dans l’eau. Environ 300 000 personnes y vivent, principalement de la pêche. Une vraie ville dans la mégalopole.

De temps en temps, la police, l’armée, pour encourager d’éventuelles spéculations sur la construction, expulsent les bidonvilles et les habitants n’ont pas d’autre alternative que de descendre dans la rue et de rester sans abri. Les deux tiers de la population de Lagos vivent dans des bidonvilles sous la menace quotidienne d’expulsions. Ces dernières années, au moins quarante communautés ont été expulsées de force. Des dizaines de milliers de casernes sont démolies pour ouvrir des chantiers à une petite élite d’hommes d’affaires, membres de l’establishment politique et financier.

En 2017 et 2018, de nombreux habitants des bidonvilles d’Otodo Gbame et d’Illubirin sur l’île de Lagos ont été tués ou blessés lors d’expulsions menées par les autorités de l’État de Lagos. Aujourd’hui, ces zones sont en cours de rénovation en prévision de la construction d’appartements de luxe, que le Nigérian moyen ne pourra jamais se permettre. Par exemple, Eko Atlantic City à la frontière avec l’île Victoria après le déblaiement d’un bidonville.

Le 21 janvier 2020, dans la ville de Lagos, au Nigeria, les habitants des bidonvilles sur pilotis de Tarkwa Bay et d’Okun Ayo ont reçu l’ordre de quitter leur domicile avec un préavis de deux heures. La marine nigériane a attaqué simultanément les deux bidonvilles, avant de tirer en l’air avec des armes à feu. Ce qui a été initialement perçu comme une formation militaire par l’un des dirigeants locaux s’est avéré être un programme d’expulsion particulièrement brutal, après quoi 4 500 étaient sans abri.

Makoko fait également l’objet de tentatives d’expulsion auxquelles s’opposent les habitants. Le documentaire « Makoko » de Malì Arsan, diffusé par Rai 3 et tourné à l’intérieur des chaînes qui relient ces cabanes sur pilotis, raconte la vitalité et l’industrialisation qui anime le bidonville dont les habitants réclament un réaménagement de la zone pour lui-même contre ceux qui voudraient démolir le quartier, déplacer ceux qui y vivent et construire des villas pour la population la plus riche. Récemment, les habitants de Makoko ont protesté contre le projet de développement communautaire du gouvernement de l’État de Lagos, qui ne prend pas en compte leurs besoins réels.

Pour les habitants de Makoko et avec eux, l’organisation Serac (Social and Economic Action Rights Center), un groupe d’assistance juridique pour les communautés menacées de déplacement forcé au Nigeria, a développé un plan de régénération pour Makoko. Le gouverneur de Lagos semble être intéressé à s’entendre avec la communauté. A Lagos, en plus des bidonvilles, il y a dans le quartier d’Ikeja The Srine, le club où Fela Kuti a joué, qui a dit: « Avec ma musique, je crée un changement … j’utilise ma musique comme une arme. »

Sa musique était et est toujours Afrobeat

Fela Kuti était la figure de proue de la musique folklorique nigériane. Il a été mis en prison et torturé à plusieurs reprises en raison de ses critiques du gouvernement nigérian et de la défense de la culture africaine et de la religion africaine attaquée par les activités missionnaires évangéliques et chrétiennes. Les Africains ont leur propre religion qui n’est pas inférieure au christianisme et à l’islam. Dans ses chansons, il a critiqué la corruption et l’exploitation de l’Afrique par les multinationales.

Au Nigeria, non seulement Boko Haram mais aussi Isis font régner la terreur. Au moins 18 personnes, dont 4 soldats, 10 policiers et 4 civils, ont été tuées récemment dans une embuscade sur un convoi gouvernemental à Borno, une région du nord-est du Nigeria, mais ces attaques sont quasi hebdomadaire dans cette partie du pays. L’attaque a été revendiquée par Isis. Les militants ont posé des engins explosifs improvisés sur la route qui relie la ville de Monguno à celle de Baga. Le gouverneur de l’État de Borno, Babagana Zulum, faisait partie d’un convoi précédent et n’a pas été blessé.

Les territoires où Boko Haram opère ne sont pas seulement au Nigeria, il fait également des incursions au Cameroun, au Niger et au Tchad au sud du lac Tchad, au Tchad. Boko Haram, qui en langue haoussa signifie «l’éducation occidentale est un péché» a été fondé par Ustaz Mohammed Yusuf en 2002 à Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria. L’idée était d’inculquer et de répandre la charia, l’ensemble des règles de vie et de comportement dictées par Dieu pour la conduite morale, religieuse et légale de ses fidèles. Yusuf a été arrêté en 2009 et est mort officiellement en détention lors d’une tentative d’évasion. Yusuf a été remplacé par son bras droit Abubakar Shekau et depuis lors, des actions armées ont commencé dans plusieurs régions du nord du Nigeria.

En septembre 2010, après s’être réuni sous la direction du nouveau chef, Boko Haram a libéré 105 de ses prisonniers ainsi que plus de 600 autres prisonniers et a commencé à lancer des attaques dans plusieurs régions du nord du Nigeria.

Depuis lors, le soulèvement de Boko Haram a commencé et aujourd’hui dans le nord-est, mais pas seulement, du Nigeria, le bilan est tragique, plus de 35 000 personnes sont mortes et plus de 2 millions ont dû quitter leurs villages pour se réfugier dans des camps de déplacés ou de réfugiés dans les pays voisins.

La structure de Boko Haram est hiérarchique et à son sommet se trouve un leader; néanmoins, le groupe semble parfois agir comme un réseau de cellules indépendantes.
Boko Haram en 2020 est loin d’être détruit. L’image tracée par le rapport publié hier 7 juillet 2020 par l’International Crisis Group est la suivante:

Selon l’étude de l’organisation internationale, le Cameroun, le Tchad, le Niger et le Nigeria, avec le soutien du Bénin, sont très impliqués dans la lutte contre le terrorisme. En cinq ans, le groupe de travail militaire multinational mis en place pour faire face au mouvement islamiste a obtenu de bons résultats. Les dix mille soldats déployés ont mené plusieurs campagnes militaires entre 2017-2019 qui ont eu le mérite de contenir l’avancée des insurgés, de libérer des civils et, surtout, de permettre la distribution de l’aide humanitaire aux populations épuisées.

Selon le rapport, Boko Haram est un groupe encore très fort et enraciné dans le territoire et capable de résister aux vagues d’attaques des forces armées. «La menace jihadiste ne montre aucun signe de ralentissement et la situation dans le nord-est du Nigeria se détériore. L’alliance entre les cinq États est encore fragile. Chaque nation hésite à céder le contrôle de ses unités à un commandement commun. Cela signifie une action qui, souvent, s’est soldée par un manque de coordination en raison de la faiblesse de la chaîne de commandement ».

Une réponse efficace, selon les analystes de l’International Crisis Group, doit donc passer non seulement par une action militaire, mais aussi par des efforts civils pour fournir des services publics à la population, améliorer les conditions de vie dans les zones touchées. «La confiance populaire dans l’autorité publique doit être regagnée. Il faut également offrir aux militants djihadistes des voies de démobilisation en toute sécurité. Les opérations militaires sont essentielles pour créer un espace de sécurité et l’équipe spéciale doit être renforcée. Les actions sur le terrain doivent alors être soutenues et coordonnées par une intervention capillaire au niveau du renseignement. Sans cet effort, il est difficile d’obtenir des résultats durables ». Il y a aussi le problème du coût de l’intervention. Les finances des cinq pays sont trop fragiles pour supporter des coûts militaires élevés. «L’Union africaine et l’Union européenne, après avoir soutenu la naissance de cette task force conjointe, doivent la soutenir économiquement».

Le delta du Niger est un Nigeria diversifié, vaste et spectaculaire

Le Nigeria est le principal exportateur de pétrole de l’Afrique subsaharienne, mais aussi l’un des pays les plus pauvres du continent. Des multinationales européennes, dont l’italien Eni, opèrent dans le delta du Niger depuis les années 1960, exportant la richesse de ces terres vers les marchés de consommation mondiaux.

Le delta est la plus grande zone humide d’Afrique et la troisième au monde. Il couvre une superficie de 70 000 km2 et se compose d’une série de zones écologiques: récif côtier sableux, zones saumâtres de mangroves salées, zones d’eau douce, forêts marécageuses permanentes et saisonnières et une plaine de forêts pluviales de plaine. L’ensemble de la zone est traversée par un grand nombre de ruisseaux, de rivières et de 20 estuaires. Malheureusement, cet écosystème unique au monde a subi un travail de destruction dévastateur avec la découverte du pétrole en 1956. Depuis, le Delta a été traversé par des faisceaux d’oléoducs qui sillonnent les forêts, les cours d’eau, les villages. Ils sont tous construits en surface, car dans les années 60 et 70, les juntes militaires accordaient des concessions sans poser de conditions. Le résultat est que les tuyaux s’usent, les assemblages boulonnés perdent de leur solidité ou sont sabotés par la population qui tente de voler quelques litres de carburant pour les vendre au marché noir. Le soutage est une pratique illégale mais très répandue. Nous avons le torchage du gaz, un processus par lequel le gaz naturel qui en sort est brûlé et dont la combustion cause de graves dommages à l’environnement en introduisant d’énormes quantités de CO2 dans l’air. Le torchage du gaz libère des substances toxiques qui pourraient nuire à la santé et au bien-être des communautés locales.

Les autorités nigérianes et les compagnies pétrolières, Shell, Eni, Exxon, Total se sont engagées à mettre fin au torchage du gaz en 2020 (entre autres, il existe une loi de 1979 qui sonde cette pratique et de nombreux jugements confirment son illégalité), mais ceux-ci, même réduits, continuent avec les mêmes effets négatifs sur l’environnement et la santé. Il y a quelque temps, le MOSOP, Mouvement de Survie du Peuple Ogoni  s’est opposer fortement à ces pratiques de façon légale mais une opposition armée existe aussi avec comme modèle la violence des actions armées par MEND, Mouvement pour l’Émancipation du Delta du Niger. Maintenant, le MEND n’existe plus, mais il y a d’autres organisations qui s’y opposent, y compris Environmental Rights Action qui se bat pour arrêter l’octroi de nouvelles concessions minières dans le pays et pour maintenir le pétrole et le gaz sous terre. Environmental Rights Action demande une compensation pour les dommages subis et une remise en état immédiate du territoire du Delta mais la dévastation écologique du delta du Niger due à l’extraction de pétrole doit être une préoccupation pour le monde entier.

Un guide pour visiter le Nigeria

Il y a de nombreux écrivains nigérians, Chinua Achebe, Wole Soynka, Chimamanda Ngozi Adichie et autres, comme Noo Saro-Wiva, fille de Ken Saro-Wiwa dont «In Cerca di Transwonderland», publié en 2012 au Royaume-Uni par Granta Books et en Italie en 2015 par 66thand2nd, est l’histoire d’un voyage de retour au Nigeria. C’est une œuvre littéraire, mais elle peut servir de guide pour visiter le pays.

LAGOS, Victoria Island, qui n’est pas seulement une île physique, mais aussi sociale et culturelle dans la mer orageuse de ce monstre urbain, si les bidonvilles sont les villes des pauvres Victoria Island, c’est le Lagos des riches; le musée des reliques des esclaves, situé à Onikan dans le vieux Lagos, est entouré de bâtiments de style brésilien construits par les Yoruba revenant du Brésil. Le musée est composé de quatre bâtiments, terne à l’intérieur et à l’extérieur. Les galeries sont pauvres. IBADAN, le Bosquet sacré, bois sacré des Yoruba. ABUJA, Zuma Rock. Kano, le marché millénaire de Kurmi. ONG, réserve d’oiseaux Dogona. Bauchi, Parc National Yakari, crocodiles et rivière Gaji. JOS, le musée national et le paysage rocheux. Maiduguri, Sukur. Sukur est un site du patrimoine mondial de l’UNESCO, villages de l’âge de pierre. Calabar, la rivière Cross. Cross River State, le parc de la réserve faunique de la montagne Afi avec gorilles, chimpanzés, aigles, perroquets. Benin City, le palais Oba ou eguae. Port Harcourt, le tombeau de Ken Saro-Wiwa à Bori. Lagos, le sanctuaire avec les enfants de Fela Kuti.

Noo Saro-Wiva a dit il y a longtemps : « J’ai l’Afrique dans mon cœur », donc il a aussi le Nigeria dans son cœur. « A la recherche du Transwonderland » est un acte de réconciliation avec son pays, ses habitants, sa diversité, mais c’est aussi un acte d’amour pour le Nigeria.

Par Francesco Cecchini

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter