Naufrage et insécurité, Flambée du Covid-19… 2021 sans pitié pour la RDC ?

La ville de Bukavu

Massacres des citoyens à Beni, dans la province du Nord-Kivu, crash d’hélicoptères des Forces armées, naufrage d’une pirogue motorisée sur le lac Kivu, dans la province du Sud-Kivu, flambée des cas de Coronavirus… L’année 2021 commence sans aucune note de clémence pour la République Démocratique du Congo (RDC).

C’est un début d’année difficile pour la République Démocratique du Congo. Augmentation spéculaire des cas de Coronavirus à Kinshasa, notamment. Double crash des hélicoptères des Forces armées, ayant fait au moins cinq morts en Ituri, dans le Nord-Est. Massacres d’une vingtaine des civils à Mwenda, dans le territoire de Beni, par les présumés ADF. Naufrage d’une pirogue motorisée sur le lac Kivu, dans la province du Sud-Kivu… Les évènements malheureux se succèdent et étonnent plus d’un observateur. Retour sur les évènements.

La crise sanitaire

Depuis fin novembre 2020, la RDC fait face à la deuxième vague de Coronavirus. « Nous avons commencé à observer une tendance à la hausse (…) Aujourd’hui, nous sommes presque convaincus que nous sommes à la deuxième vague », avait annoncé le Dr Jean-Jacques Muyembe, secrétaire du Comité Multisectoriel de la lutte contre le Coronavirus. Pour limiter la propagation de cette pandémie pendant la période des festivités de fin d’année, le régime Tshisekedi avait mis en place plusieurs mesures , entre autres : l’instauration d’un couvre- feu de 21h à 5h du matin ; l’application stricte des gestes barrières, notamment le port obligatoire des masques, la distanciation physique, le lavage des mains et la prise de température ; l’interdiction des cérémonies festives et des réunions de plus de dix personnes ; et la poursuite des compétitions sportives à huis-clos. Des mesures qui sont toujours en vigueur avec la montée des cas de Coronavirus sur l’ensemble du territoire national.

La crise sécuritaire

En effet, pendant les dernières semaines du mois de décembre de l’année 2020, les groupes armés opérant dans la province de l’Ituri au Nord-Est et dans le territoire de Beni, ont multiplié leurs activismes. Une situation ayant conduit à plusieurs affrontements entre ces groupes rebelles et les forces loyales. Ainsi, le 29 décembre et le 31 décembre dernier, deux hélicoptères de l’armée ont connu des crashs, causant la mort d’au moins cinq militaires.

« D’abord en date du 29 décembre il y a eu un hélicoptère de notre armée nationale qui quittait Bunia qui s’est écrasé dans un village qu’on appelle Bafwamongo, avec à bord 3 personnes. Le pilote avait perdu la vie, son co-pilote a eu une légère blessure au bras et une autre personne touchée au bras et à la jambe. Le jeudi soir, un autre hélicoptère est venu évacuer les blessés mais un parmi ces deux blessés était introuvable. Malheureusement, arrivé vers le territoire d’Ubundu, à 50 kilomètres de Kisangani, comme c’était la nuit, cet hélicoptère avec à son bord 4 personnes a également connu un crash, et là il y a aucun survivant. C’est-à-dire, nous avons un bilan définitif de 5 morts et un survivant », avait témoigné Berike Bertin, administrateur du territoire de Bafwasende, à nos confrères d’Actualité.cd.

Entretemps, dans le territoire de Beni ont signalait également des affrontements entre les forces armées de la RDC et les présumés rebelles ADF. Selon nos sources sur place, entre le 1er et le 5 janvier de l’année en cours, ces présumés rebelles ont tué plus de 30 personnes dans le secteur de Rwenzori, dans le territoire de Beni.  « Depuis quelques mois, le secteur de Rwenzori, en territoire de Beni, fait face aux attaques en répétition  des présumés rebelles ADF. Ce 4 janvier, les habitants de ce secteur se sont rendus à Loselose, pour enterrer les victimes des affrontements du 23 décembre dernier. A leur retour, il y a eu attaque du village Mwenda, dans le même secteur. Après les affrontements dans la nuit du 4 à ce 5 janvier ; le matin, on a retrouvé 22 corps sans vie après ce face-à-face », a expliqué à Afrik.com, Stewart Muhindo, activiste du Mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA).

Naufrage sur le lac Kivu

Et comme un malheur ne vient jamais seul, après les massacres à Beni, dans la nuit du 5 au 6 janvier, la société civile de Kalehe a signalé un cas de naufrage sur le lac Kivu, dans la province du Sud-Kivu, dans l’Est du pays. Selon cette structure citoyenne, plus de 20 personnes disparues, deux corps retrouvés morts et quarante rescapés, c’est le bilan provisoire de ce naufrage d’une pirogue motorisée au large de Kasunyu, en territoire de Kalehe. Nos sources sur place renseignent que cette pirogue provenait de Luhihi, un village situé en territoire de Kabare et se rendait à Goma, dans la province du Nord-kivu.

La succession de ces évènements malheureux en ce début d’année laisse croire que 2021 commence sans aucune marge de clémence pour la République Démocratique du Congo.