Mystère autour de la vente de la Rolls-Royce de Hassan II

La Rolls-Royce du défunt roi Hassan II
La Rolls-Royce de feu Hassan II

Beaucoup de zones d’ombre entourent la vente de la Rolls-Royce Camargue ayant appartenu au défunt roi du Maroc, Hassan II. Si aucune information n’a filtré sur le mystérieux acquéreur de la voiture qui a réservé le bijou, nul ne sait comment ce véhicule s’est retrouvé en Allemagne, entre les mains d’un collectionneur.

C’est une voiture entièrement customisée à la demande du défunt roi du Maroc, Hassan II, père de l’actuel souverain, Mohammed VI. L’ex-souverain a voulu l’adapter à l’une de ses activités favorites : la chasse au faucon. Mise en vente sur le site Autoscout au prix de 248 000 euros, la fameuse Rolls-Royce Camargue de 1977 aurait trouvé un acheteur. C’est ce qu’a confirmé Michael Fröhlich à Jeune Afrique, qui précise que la voiture n’est plus à vendre et qu’un acompte de 10 000 euros a déjà été versé.

Seulement beaucoup de zones d’ombres entourent cette transaction d’un autre genre. Car il s’agit bien de la voiture d’un défunt roi du Maroc et qui fait partie du patrimoine familial. Cette Rolls-Royce Camargue avait été confiée par Hassan II au carrossier et designer automobile italien Franco Sbarro, afin qu’il l’adapte, dans ses ateliers suisses, à une activité de prédilection du défunt roi : la fauconnerie. Aucune information sur le canal par lequel cette voiture s’est retrouvée en Allemagne, de surcroit entre les mains d’un collectionneur.

Comment cette voiture a pu quitter le parking situé Route des Zaërs, à Rabat, au Maroc pour se retrouver à la rue Rudolf-Diesel dans la ville allemande de Mettmann ? Notons que la Rolls-Royce Camargue a été produite en seulement 531 exemplaires par le constructeur britannique. Il est doté d’une puissance de 209 chevaux. Un vrai bolide qui a trouvé acquéreur. Là aussi, aucune information sur le mystérieux acheteur qui a versé un acompte de 10 000 euros pour réserver la voiture de luxe qui appartient à la famille royale marocaine.

Lire : Et si la Rolls-Royce de Hassan II était achetée par un Algérien ?