Mouhamet Diop ou l’Internet africain

Mouhamet Diop est le seul Africain candidat au conseil d’administration de l’Icaan, une organisation américaine surnommée  » le gouvernement de l’Internet « . En attendant la date de l’élection, les internautes soutiennent ce Sénégalais qui a su se faire une place au sein de l’administration internationale du réseau des réseaux.

Les messages de soutien se multiplient. Sur le site de l’Icaan (Internet Corporation for Assignated Names and numbers), les internautes encouragent Mouhamet Diop. Ce dernier est en effet le seul Africain parmi les huit personnalités éligibles retenues pour le poste dédié à l’Aso (Address Supporting Organization) du conseil d’administration de l’Icaan. Certains surnomment cette organisation,  » le gouvernement de l’Internet « . L’Icann est en fait une organisation à but non-lucratif, fondée en 1998 à l’initiative du gouvernement américain et domiciliée en Californie. Elle a pour mission d’attribuer des plages d’adresses IP (les adresses IP servent à identifier les ordinateurs connectés à Internet), de sélectionner les paramètres des Protocoles utilisés et de superviser le Système des noms de domaine (DNS).

Le conseil d’administration, composé d’un président et de dix-neuf membres, est la plus haute autorité de l’Icaan. Il ne compte parmi ses membres qu’un seul Africain : le Ghanéen Nii Quaynor. Mouhamet Diop pourrait venir renforcer les rangs de l’Afrique dans ce domaine crucial du monde de l’Internet. Il a pour cela de nombreux atouts : il est le seul représentant du Continent à siéger à l’Aso qui, existant depuis 1999, traite des adresses IP et formule des recommandations pour tout ce qui a trait au système des adresses IP.

Rendez-vous à Bangkok

Secrétaire général de l’Isoc-Sénégal, il est aussi directeur général de la société Next qui commercialise un appareil d’origine américaine, permettant de réduire le coût des communications Intranet et des appels internationaux. Il est en outre intervenu en tant qu’expert pour définir la vision et la stratégie du gouvernement sénégalais en matière d’infrastructures Internet.

Les marques de confiance lui viennent de milieux et de pays différents.  » Mouhamet a contribué au développement de l’Internet dans son pays et il pourra le faire pour l’Afrique entière « , soutient Rachida Jouhari, de l’Agence de régulation des Télécommunications du Maroc.  » Il m’a toujours impressionné par sa volonté, sa persévérance, la clarté de ses objectifs et sa capacité à mettre en oeuvre toutes les ressources nécessaires à leur réalisation « , souligne Vincent Lascoux, consultant et ancien camarade de l’ENST (Ecole Nationale supérieure des télécommunications).  » Mouhamet est bon candidat africain « , estime quant à lui Nii Quaynor, qui soutient  » cette candidature de tout coeur « .

C’est le 5 mars prochain, à Bangkok (Thaïlande) que sera nommé le nouveau membre du conseil d’administration. D’ici là, les internautes peuvent apporter leur soutien au candidat de leur choix sur le site de l’Aso.