Maurice accueille l’Agoa

Le forum de l’Agoa, le programme visant à développer les échanges commerciaux entre les Etats-Unis et l’Afrique subsaharienne, se tient du 15 au 17 janvier à Maurice. Le pays de l’Océan Indien compte bien saisir cette opportunité pour renforcer son partenariat avec les Etats-Unis.

C’est une première. L’Agoa (African Growth and Opportunity Act, forum de la loi américaine sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique) se tient cette année en dehors des Etats-Unis. C’est Maurice qui accueille, du 15 au 17 janvier, la conférence de coopération économique et commerciale entre l’Afrique subsaharienne et les Etats-Unis. Celle-ci va comporter trois volets : un forum des organisations non gouvernementales, dès lundi matin, une conférence ministérielle qui débutera mercredi et un volet consacré au secteur privé.

Près de 1500 délégués de 41 pays sont attendus : 513 pour l’Afrique, dont 201 Mauriciens, 171 Américains, 15 Asiatiques, 12 Européens et 8 Moyen-orientaux. 185 exposants de 25 pays doivent également se faire connaître lors de cette rencontre. Parmi eux, une trentaine d’entreprises mauriciennes, principalement dans le domaine du textile-habillement.

Une chance pour Maurice

Car l’Ile Maurice compte bien profiter de cet événement pour renforcer sa coopération économique avec les Etats-Unis.  » L’Agoa constitue une chance pour Maurice et doit lui permettre d’ouvrir de nouveaux créneaux sur le marché américain. Le textile devrait constituer un point de départ et ouvrir la route à la technologie de l’informatique. Les services financiers pourraient constituer une troisième voie « , a déclaré samedi Sushill Khushiram, le ministre mauricien du Développement économique et des Services financiers.

Maurice a jusqu’ici bénéficié du partenariat entre l’Europe et les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) pour vendre de manière privilégiée son textile et son sucre. Mais le  » protocole sucre  » est mis à mal par les initiatives de l’Australie et du Brésil à l’OMC (Organisation mondiale du commerce) et le démentèlement en 2004 de l’accord multifibres va exposer l’île à la concurrence directe des pays asiatiques. Le pays a donc tout à gagner à développer des liens économiques avec les Américains. L’Agoa permet l’entrée hors-taxe de quelque 6 000 produits aux Etats-Unis.

Lire aussi

Le Sénégal se dope à l’Agoa ;

Le Swaziland sur la corde raide ;

Esclavage textile au Lesotho ;

Les Etats-Unis rempilent avec l’Afrique.