Maroc : Moulay Hassan et Mohammed VI, les… Intouchables

Le prince Moulay El Hassan et le roi Mohammed VI du Maroc

Au Maroc, le roi Mohammed VI et son fils par ailleurs prince héritier, Moulay El Hassan, sont les deux personnalités les plus protégées du royaume. Pour ceux qui ne le savent pas, notamment Marocaines et Marocains, attention !

Le roi du Maroc, Mohammed, VI et le prince héritier Moulay El Hassan sont au centre de l’attention du dispositif sécuritaire du royaume certes, mais aussi celui judiciaire. Ce qui apporte de nombreuses restrictions aux Marocaines et Marocains qui sont exposés à de lourdes sanctions.

On le sait, et c’est le cas d’ailleurs dans tous les pays du monde : toute personne qui porte atteinte à la sécurité des dirigeants d’un Etat risque gros. Et ces derniers, les Marocains qui y tenté cet exercice en ont fait les frais. C’est le cas notamment de ceux ou celles qui ont voulu profiter du passage du cortège royal pour tenter de transmettre un message au roi Mohammed VI, et qui, en plus d’être neutralisés par la garde royale, ont écopé de peines de prison, parfois. A juste raison, surtout en ces temps de forte menace terroriste.

A lire : Maroc : 20 ans de prison pour avoir traité le régime de Mohammed VI de « corrompu »

Par contre, ce que nombre de Marocaines et Marocains, et même étrangers, ignorent sans doute, c’est qu’il y a d’autres restrictions concernant le roi du Maroc et le prince héritier, qui sont quasiment intouchables. Il s’agit en effet d’une loi, l’article 179 du Code pénal notamment, qui, selon les journaux marocains, stipule : « Est condamné d’un à cinq ans de prison et d’une amende de 5 000 à 50 000 dirhams toute personne portant atteinte à la personne du roi ou du prince héritier ».

Cette disposition, beaucoup d' »ignorants » en ont fait les frais, franchissant le jargon « Lignes rouges », fourre-tout employé par les autorités de ce pays d’Afrique du Nord pour astreindre tout contrevenant à certaines dispositions. Tout récemment, l’auteur de propos diffamatoires à l’encontre du roi Mohammed VI et du corps médical de l’hôpital Saniat Rmel de Tétouan a écopé d’une peine de deux ans de prison ferme en plus d’une amende de 5 000 dirhams. Un Marocain averti…

A lire : Maroc : voilà ce que l’on risque quand on s’attaque à Mohammed VI