Maroc : le père de Brahim Saadoun interpelle Poutine et met la pression sur Rabat

Le Marocain Saadoun Brahim
Le Marocain Saadoun Brahim condamné à mort

Le père de Brahim Saadoun, le jeune Marocain condamné à mort en Ukraine, a exhorté lundi le Président russe, Vladimir Poutine, à intercéder pour éviter l’exécution de son fils. Cet étudiant, ingénieur en aéronautique, est poursuivi pour «mercenariat» par les autorités séparatistes pro-russes. Son père a en outre interpellé les autorités du Maroc.

Lors d’une conférence de presse tenue ce lundi 27 juin 2022, à Rabat, Tahar Saadoun a demandé au «Président russe, Vladimir Poutine, d’intervenir, en tant que père et par humanisme, à travers des canaux humanitaires ou non officiels». Agé de 21 ans, Brahim Saadoun a été condamné à mort, le 9 juin dernier, en même temps que de deux Britanniques.

Les autorités séparatistes de Donetsk, dans l’Est de l’Ukraine, lui reprochent d’avoir participé aux combats comme contre la Russie, en tant que mercenaires aux côtés de l’armée ukrainienne. Des sources diplomatiques marocaines à Kiev ont toutefois précisé que le jeune Marocain a indiqué disposer d’une carte de séjour en bonne et due forme rejetant le qualificatif à lui attribué de mercenaire.

Lire : Guerre en Ukraine : retour sur le procès des deux Britanniques et du Marocain condamnés à mort

Précisant que les autorités marocaines n’ont pas pris contact avec lui, le père du jeune étudiant soutient ne pas savoir si Rabat a «établi des contacts avec les autorités russes ou bien celles du Donetsk». Il a par ailleurs appelé le chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, à «faire le nécessaire pour travailler sur ce dossier».

Notons que le 13 juin dernier, la représentation diplomatique du Maroc en Ukraine a précisé que Brahim Saadoun a été capturé alors qu’il portait l’uniforme de l’armée de l’Etat d’Ukraine, «en tant que membre d’une unité de la Marine ukrainienne». L’Ambassade du royaume chérifien avait ajouté que Brahim Saadoun se trouvait «emprisonné par une entité qui n’est reconnue ni par les Nations Unies ni par le Maroc».

Lire : Maroc : il faut sauver le soldat Saadoun !

Lire : Le CNDH saisit la Russie pour empêcher l’exécution de Brahim Saadoun