Mandé Sidibé, candidat probable non déclaré

Le Premier ministre malien, Mandé Sidibé, a présenté sa démission au président Alpha Oumar Konaré qui l’a acceptée. Le candidat probable mais non déclaré, qui n’a pas eu l’investiture de son parti, l’Adema, a les coudées franches pour se lancer dans la bataille présidentielle.

Mandé Sidibé est libre depuis lundi dernier. Il a démissionné de son poste de chef de gouvernement. Le président malien, Alpha Oumar Konaré, a accepté sa démission et a nommé à son poste Modibo Keïta, ancien Secrétaire général de la présidence, pour gérer les affaires courantes jusqu’aux élections présidentielles du 28 avril prochain. La démission de Mandé Sidibé intervient à quelques semaines du scrutin présidentiel. Ce n’est sûrement pas le fruit du hasard. L’ancien Premier ministre qui s’est vu refuser l’investiture de son parti, l’Adema, au profit de son ministre de l’Equipement, Soumaïla Cissé, n’a jamais caché ses ambitions politiques. Il a donc les coudées franches pour briguer le mandat de la magistrature suprême. Et il n’a pas manqué de répéter à l’envi  » sa volonté de mettre son expérience au profit de son pays « .

Rude bataille électorale

Le candidat probable mais non encore déclaré digère mal le  » lâchage  » de son parti. Ses partisans libéraux, nombreux à l’Adema, le poussent à officialiser sa candidature dans les plus brefs délais pour lui permettre d’effacer son image de  » technocrate  » et de  » gestionnaire efficace « . En clair, Mandé Sidibé doit aller à la rencontre des Maliens, opération délicate pour le candidat plus habitué aux ambiances feutrées des institutions financières. Pourtant, s’il tient à être présent le 28 avril, il faut bien qu’il descende dans l’arène politique, squattée par le très populaire général Amadou Toumani Touré, ATT pour les intimes et les autres, le tombeur du dictateur Moussa Traoré.

ATT contre IBK. Les élections maliennes sont plus ouvertes que jamais. La distanciation volontaire d’Alpha Oumar Konaré et son refus de désigner son successeur laissent aux candidats toutes leurs chances. Même si, pour l’instant, les noms qui reviennent le plus souvent sont ceux d’Ibrahim Boubacar Keita (IBK) et d’Amadou Toumani Touré (ATT).

Lire aussi :

Aventure électorale au Mali

L’Adéma a trouvé son candidat

Tous à la place de Konaré

Les présidentielles maliennes en effervescence .