Mali : l’accord entre Bamako et le MNLA se fait attendre

Mandaté par le président Blaise Campaoré, le ministre burkinabé des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé s’est rendu mercredi à Bamako pour obtenir les signatures du gouvernement malien, du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA), de l’accord de paix qui prévoit le retour de l’armée malienne dans la troisième région administrative du Nord-Mali. En vain : il y a plusieurs divergences qui ont retardé l’officialisation de l’accord entre les trois parties : « Le premier point porte sur les détails de l’arrivée de l’armée malienne à Kidal. Il y a également le cantonnement et le désarmement des groupes armés : Bamako souhaite qu’une fois cantonnés, ces groupes armés soient très rapidement désarmés. « Non », répondent les rebelles touaregs » , fait savoir RFI.

Lire aussi :

 Mali : accord imminent entre Bamako et le MNLA ?