Mali : Abdelmalek Droukdel, chef d’Aqmi tué selon Paris

Image d'illustration

Abdelmalek Droukdel a été tué dans une opération qui a eu lieu ce 3 juin à la frontière du Mali et de l’Algérie. Le chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a été tué avec 5 autres de ses collaborateurs, a déclaré la ministre des armées de France, Florence Parly. 

Une opération conjointe

Si l’opération a eu lieu le 3 juin, c’est deux jours plus tard, c’est-à-dire le 5, que l’information a été rendue publique par les forces françaises. Une opération conjointement menée par la France et ses alliés africains, fait savoir Florence Parly, la Ministre française de la Défense et des Armées. L’opération s’est déroulée dans le Nord de l’Adrar des Ifoghas, à 80 km à l’Est de Tessalit.

C’est un drone qui a délivré la frappe qui a coûté la vie au chef d’Aqmi et à 5 autres de ses proches, nous informe-t-on. Si l’information a été rendue public 48 h plus tard, c’est aussi parce que l’armée française a pris le temps de réaliser un test ADN afin de confirmer que le corps retrouvé est bien celui d’Abdelmalek Droukdel.

Pourtant malgré ce test, Paris continue de rester sceptique et prend des gants quant à ce qui pourrait se produire. En effet, il reste qu’Aqmi n’ait pas encore confirmé la mort de son chef, ce qui pour le moment, jette une ombre de doute sur la véracité de telles informations. Pour rappel, en 2018, c’est dans les mêmes conditions que la mort d’Amadou Koufa, chef de la katiba Macina a été annoncée. Mais celui-ci était apparu dans une vidéo quelques mois après. 

Abdelmalek Droukdel était une des figures de proue du Jihad dans cette zone du monde. Il a aidé à la formation de plusieurs autres groupes dans le Sahel, comme le JNIM. « Cette opération a été réalisée par un module d’intervention composée d’hélicoptères et de troupes au sol, le tout étant appuyé par de l’aviation », a commenté le Colonel Frédéric Barby.

https://twitter.com/Sifaoui/status/1269006767729577984