Madagascar : tentative de vol de fossiles de dinosaures malgaches

Plusieurs chercheurs, quatre Américains et quatre Malgaches, professeurs et étudiants, ont découvert illégalement 5,3 tonnes de fossiles de dinosaures sur le site archéologique de Bemahitsy, dans la commune rurale d’Andrimake, à Madagascar. Ils ont été arrêtés alors qu’ils tentaient d’exporter frauduleusement leurs découvertes.

La région de Menabe, dans l’Ouest de Madagascar, a été le théâtre d’une découverte historique. Une équipe de huit chercheurs a découvert 5,3 tonnes de fossiles de dinosaures sur le site archéologique de Bemahitsy, dans la commune rurale d’Andrimake, selon la brigade anti-piratage et anti-pillage du patrimoine (BAP).

Les huit individus qui convoyaient ces vestiges archéologiques, dont des professeurs d’universités et des étudiants en archéologie, d’origine américaine et malgache, ont été interpellés à Belo-sur-Tsiribihina (sud-ouest) le 19 août par les forces de l’ordre malgaches, pour tentative de pillage du patrimoine national. En effet, ils transportaient à bord de leur semi-remorque, une cargaison de 5,3 tonnes de fossiles de dinosaures qu’ils tentaient d’expédier illicitement vers les Etats-Unis.

Des fouilles à long terme

Selon la BAP, ces huit chasseurs de dinosaures n’en seraient pas à leur première exploration archéologique sur le territoire malgache. En 2007 et 2010, ils auraient déjà déterré et expédié à l’Université Stony Brook de Denver, aux Etats-Unis, une partie de leurs trouvailles, la partie dorsale du dinosaure, la queue et une des jambes notamment.

La presse malgache fait savoir que les scientifiques étaient en possession d’un permis de prélèvement dûment délivré par le ministère des Mines. Toutefois, ils n’étaient autorisés qu’à prélever un échantillon à des fins d’analyse mais nullement à l’exportation de fossiles et de patrimoine national. Cette exportation est interdite par la loi malgache suivant un décret pris en 1982.

Depuis lundi après-midi, les 5,3 tonnes de fossiles ont été saisies par les autorités faute de document officiel. En attendant les suites de l’enquête, ces ossements sont actuellement gardés au ministère de la Culture et du Patrimoine, dans la bibliothèque nationale d’Ampefiloha, à Antananarivo, la capitale malgache.

Lire aussi :

 Le Maroc prépare son Jurassik Parc