Live 8 : La musique pour faire pression sur le G8

Live 8, ce sera le samedi 2 juillet. Ce jour là se dérouleront quasi simultanément dans les pays du G8 et en Afrique des concerts ‘politiques’, comme le souligne l’instigateur, la rock star irlandaise, Bob Geldof. Les plus grandes stars internationales de la musique seront sur scène pour rallier l’opinion publique afin de faire pression sur les dirigeants du G8 qui se retrouvent, le 6 juillet prochain, en Ecosse. Il leur sera, en effet, soumis le rapport de la Commission pour l’Afrique qui préconise le doublement de l’aide au développement.

Après Live Aid, il y 20 ans, voici Live 8. Nous sommes toujours dans le même registre – lutter contre la pauvreté – et c’est encore une fois Sir Bob Geldof, la rock star irlandaise, ancien chanteur des Boomtown Rats, qui est à l’origine des concerts géants et gratuits qui auront lieu dans les pays membres du G8 et en Afrique. Berlin (Allemagne), Johannesburg (Afrique du Sud), Londres (Grande-Bretagne), Moscou (Russie), Philadelphia (Etats-Unis), Paris (France), Rome (Italie), Tokyo (Japon) et Toronto (Canada) se mettront au diapason pour promouvoir une juste cause : mettre fin à l’extrême pauvreté dont est victime l’Afrique et militer pour l’annulation de la dette auprès des dirigeants des pays les plus nantis.

Car Live 8 n’est rien d’autre qu’une façon de faire pression sur les membres du G8, qui se réuniront, le 6 juillet prochain, en Ecosse, où leur seront soumises les conclusions du rapport de la Commission pour l’Afrique dont est à l’origine Tony Blair, le Premier Ministre britannique. Le rapport préconise notamment le doublement de l’aide au développement. Le président américain, George W. Bush, vient d’ailleurs de donner son accord dans ce sens, à condition que les dirigeants africains s’engagent en faveur de la bonne gouvernance dans leurs pays. Live 8 sera le plus important évènement jamais retransmis par plus de 1 400 radios et télévisions émettant dans 140 pays. Plus de 5 milliards de personnes sont concernées (plus que les J.O d’Athènes), soit 85% de la population mondiale. Ceci en faisant fi de l’Internet et des téléphones mobiles.

Un dispositif inédit pour une noble cause

Un évènement d’envergure donc pour dire non et mettre fin à une situation devenue inacceptable et intolérable selon Bob Geldof. « Alors qu’en Europe, l’on consacre 840 euros par an à un animal, seulement 60 cents d’euros le sont aux pauvres d’Afrique. Il y a un problème ! », constate le musicien qui a participé aux travaux de la Commission pour l’Afrique. L’artiste entend toucher les consciences des populations des pays riches à travers cette série de concerts qu’il considère comme un « acte politique ». Ainsi, a contrario de Live Aid, les ressources récoltées, via les produits dérivés (sms pour gagner des places privilégiées, téléchargement de logo…) seront affectées à l’organisation des différents concerts.

Ainsi, plus d’une centaine d’artistes, parmi les plus célèbres de la planète, prendront simultanément part à cette grand messe musicale. Youssou N’Dour, Alpha Blondy, Yannick Noah, Oumou Sangaré, Mahotella Queens, 50 Cent, Bon Jovi, Texas, Madonna, Céline Dion, Mariah Carey, Shakira, Destiny’s Child, Stevie Wonder, Bryan Adams, Pink Floyd, Placebo, Robbie Williams, Elton John, Paul Mac Cartney, P Diddy, Sting, Snoop Dogg, U2, Bjork, UB40, Dido, Shakira, James Brown, Elton John, Paul Mc Cartney, Black Eyed Peas, Annie Lennox, Coldplay, Craig David, Florent Pagny, Faudel, Zuccherro, Laura Pausini, Bon Jovi, Axelle Red, Diam’s, etc… mettront leurs voix aux service de la ‘cause’.

Toucher les consciences

Une cause pour laquelle s’est également engagée l’Action mondiale contre la pauvreté, regroupement d’organisations diverses émanant, entre autres, de la société civile. Le mouvement mène une action à l’échelle mondiale pour lutter contre la pauvreté. L’année 2005 a été choisie pour alerter les gouvernants des pays riches et mobiliser leur opinion publique. Dans cette optique, une campagne, à laquelle participe des stars internationales, est diffusée actuellement dans les pays riches. En France, cette campagne est portée par la coalition française « 2005 : plus d’excuses ! ». Ce vendredi 1er juillet a été déclaré Journée d’action mondiale contre la pauvreté.

Bien que louable, Live 8 soulève la polémique. Ses organisateurs font face aux critiques portant sur la faible implication des artistes africains dans une manifestation qui profite à leur continent. Youssou N’dour regrettait encore, il y a quelques semaines, de n’être que le seul artiste africain associé depuis le départ à Live 8. Ce n’est pas la première fois que Geldof est accusé d’écarter les artistes africains, il l’avait déjà été en 1985 pour Live Aid. Critique à laquelle, il répond qu’il y a besoin d’artistes dont la notoriété est assez forte pour attirer les médias et les partenaires de l’évènement qui investissent près de 38 millions d’euros dans l’opération. Des stars qui sont également écoutées sur le continent africain. « J’ai passé ces dernières semaines dans les capitales africaines et je suis fatigué d’entendre 50 cents, disait la rock star, récemment à Paris, sourire aux lèvres et avec toute l’impertinence qui le caractérise.

Pour l’Afrique sans les artistes africains ?

Néanmoins, il a fallu prendre des mesures pour les faire taire. Rajouté à la dernière minute, le concert sud-africain est une des ‘mesures de réajustement’, prises par l’organisation de Live 8. Il faut dire qu’il nous a été impossible d’obtenir les informations souhaitées sur ce concert auprès des personnes chargées de communiquer sur Live 8 à Paris. La deuxième mesure, l’Eden Project des Cornouailles de Peter Gabriel, a été qualifiée de ségrégationniste par The Independent, le quotidien anglais. « On crée un ghetto rappelant l’Apartheid ! », pouvait-on lire dans le journal. Là se produiront uniquement des artistes africains. Ce concert dénommé ‘Africa Calling’ verra la participation de la Béninoise Angélique Kidjo, de la Somalienne Maryam Mursal, du Malien Salif Keita, de Thomas Mapfumo and Blacks Unlimited du Zimbabwe et de l’artiste ougandais Geoffrey Oryema. Pour semble-t-il être cohérent avec lui-même, Bob Geldof a laissé entendre qu’il ne monterait pas sur scène parce qu’il estimait « ne pas vendre assez de disques pour cela ».

A noter qu’à Johannesbourg ou à Edimbourg, on prévoit la venue de Nelson Mandela. Et que Live 8 est aussi un prélude à une semaine de mobilisation, qui porte le nom de « Longue marche vers la justice » pour lutter contre la pauvreté en Afrique. Bob Geldof a invité tous les participants aux concerts à converger vers Edimbourg « pour célébrer la vie au lieu de la mort », ville à proximité de laquelle débutera le sommet du G8 de Gleneagles (Perthshire) et se tiendra le dernier concert Live 8 dénommé ‘Edinburgh 50,000 – The Final Push’ (Murrayfield). Des bus, des trains, des bateaux et des avions de Virgin Airlines ont été mis, à titre gracieux, à disposition des personnes qui prendront part à cette longue marche pour l’Afrique.