Les sévères mises en garde du Maroc contre l’Afrique du Sud sur le Sahara


Lecture 3 min.
Omar Hilale, diplomate marocain
Le diplomate marocain, Omar Hilale

La visite en Afrique du Sud de Staffan de Mistura, Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, n’a pas été du goût des autorités marocaines qui ont émis de sévères mises en garde.

Opposition catégorique du Maroc à un tel déplacement

Staffan de Mistura, Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, a visité l’Afrique du Sud, il y a quelques jours. Dans un entretien avec l’agence de presse marocaine MAP, l’Ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies, Omar Hilale, n’a pas caché son agacement suite à ce séjour sud-africain de M. Mistura. Le diplomate marocain a précisé que « le Maroc n’a, à aucun moment, été consulté, ni même informé ».

« Bien au contraire, dès que nous avons pris connaissance de ce projet de visite, il y a plusieurs semaines, nous avons directement exprimé à M. de Mistura, ainsi qu’au secrétariat de l’ONU, l’opposition catégorique du Maroc à un tel déplacement, ainsi que notre rejet de toute interaction avec Pretoria au sujet de la question du Sahara marocain », a déclaré le diplomate marocain. Hilale dit « espérer qu’il ne s’agit pas d’une défiance au Maroc de la part de M. de Mistura, mais d’une simple erreur d’appréciation sur la véritable posture de l’Afrique du Sud ».

Travailler exclusivement avec les quatre parties

Et selon le diplomate, « quoi qu’il en soit, le Maroc l’a clairement averti sur les conséquences de son voyage sur le processus politique ». Le diplomate de poursuivre que son pays « a rappelé à l’Envoyé personnel les fondamentaux de son mandat, qui sont sa lettre de nomination par le Secrétaire général de l’ONU, qui spécifie qu’il devra travailler exclusivement avec les quatre parties prenantes au processus politique, ainsi que les résolutions du Conseil de sécurité depuis 2007, dont la 2703, du 30 octobre dernier ».

Et d’insister que « ces résolutions ne font nullement référence à l’Afrique du Sud, et encore moins à un prétendu rôle ou contribution de ce pays au processus politique. Énumérant à l’Envoyé personnel les multiples éléments disqualifiant l’Afrique du Sud de toute interférence dans le dossier du Sahara marocain, je me limiterais à rappeler que ce pays reconnait l’entité chimérique et appuie le Polisario politiquement, diplomatiquement, médiatiquement et militairement ».

Voie tracée par le roi Mohammed VI

Des raisons qui font, relève l’officiel, que « le Maroc ne permettra jamais à l’Afrique du Sud, d’avoir un quelconque rôle dans le dossier du Sahara marocain. Pretoria a été et demeure toxique pour la question du Sahara marocain ». Pour le Royaume, persiste Omar Hilale, « il n’y a qu’une seule et unique approche, c’est celle des tables rondes, avec la participation exclusive du Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le Polisario, tel que préconisé par les résolutions successives du Conseil de sécurité ».

Le Maroc, par la voix de l’Ambassadeur, appelle Staffan de Mistura à « consacrer ses efforts davantage à convaincre l’Algérie à reprendre sa place à la Table ronde, comme en 2018 et 2019. Il a un mandat clair et fort du Conseil de sécurité en vue de faciliter une solution politique, réaliste, pragmatique, durable et de compromis à ce différend régional ». Il a rappelé, au passage, la voie tracée par le roi Mohammed VI pour le règlement définitif de ce différend régional. Ce, « à travers l’Initiative marocaine d’autonomie, dans le cadre de la souveraineté et l’intégrité territoriale du Royaume ».

Avatar photo
Je suis passionné de l’actualité autour des pays d’Afrique du Nord ainsi que leurs relations avec des États de l’Union Européenne.
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter