Les hirondelles de Kaboul

Le dernier roman Yasmina Khadra, Les hirondelles de Kaboul, publié chez Julliard, est incandescent. Jamais un écrivain n’a réussi à aller aussi loin dans l’univers -réel et fantasmé- des islamistes. Jamais Kaboul n’a autant ressemblé à l’Enfer. Où toutefois l’espoir est permis.

Yasmina Khadra est le plus Américain des écrivains francophones. Avec un style dépouillé, mots simples et courtes phrases, le maître du polar algérien déverse des torrents d’images justes, de sensations à la limite du soutenable. Jamais un écrivain n’est arrivé à pénétrer aussi profondément dans l’univers -réel et fantasmé- des islamistes. Yasmina sait de quoi, elle (il, car ceux qui ne le savent pas encore, c’est bien un homme qui se cache derrière ce pseudonyme, Mohammed Moulessehoul) parle. En usant des mots et des locutions propres aux islamistes, l’auteur arrive à rendre palpable l’effroi vécu par la société soumise au règne démoniaque des talibans. Les hirondelles de Kaboul est un livre poétique, humaniste jusqu’à une indicible douleur et complexe.

Le règne de l’infâme

Comment et où chercher la raison dans la folie ? La guerre qui a trouvé une patrie en Afghanistan a décidé de s’y installer. L’insensé a un sens. Equipée d’un vocabulaire redoutable, Yasmina Khadra est allée découvrir Kaboul à l’ère des talibans. A l’époque où les lynchages sont les rares festivités acceptées. Au moment où les femmes deviennent des fantômes, disparues derrière des tchadris noirs. Yasmina Khadra veut comprendre, trouver une vie derrière la mort. Car même en enfer l’espoir demeure. Il peut prendre figure d’un geôlier déprimé, d’un bourgeois déchu et d’une magistrate en chômage forcé et une malade incurable. Parce que un autre Kaboul existe hors -ou plutôt dans- le Kaboul qui a réglé sa montre sur l’heure taliba.

Les hirondelles de Kaboul a la même force que Les Agneaux du seigneur. La force de Yasmina Khadra est de parler avec des images, des émotions. On entre à Kaboul avec une force inouïe, happés par l’impensable, et on y sort comme dans un cauchemar. Sauf qu’on est loin d’être soulagé. Coup de coeur de la rentrée d’Afrik.

Commander les livres :

Les hirondelles de Kaboul ;

L’Ecrivain :

L’automne des chimères :

Lire aussi

Yasmina Khadra ou l’Ecrivain Mohammed Moulessehoul.

L’Automne des Chimères de Yasmina Khadra.