Les écrivains de la banlieue cassent les codes de la littérature

Ils font partie de la nouvelle génération, sont issus des quartiers difficiles de France et écrivent des livres. Quoi de plus normal ? Et pourtant…

Casser les codes de la littérature française. Peu médiatisés, les écrivains issus des banlieues de France ont du mal à se faire une place dans le milieu de la littérature française. Trop souvent, les œuvres de ces jeunes plumes en herbe figurent dans les pages sociétés des magazines et des journaux plutôt que dans les pages cultures. L’étiquette de l’écrivain de banlieue colle décidément à la peau.

Faïza Guène, romancière, scénariste et réalisatrice française d’origine algérienne, a sorti en 2004 Kiffe Kiffe demain, l’une des meilleures ventes de l’année 2004 avec 400 000 exemplaires vendus en France. Le roman a été publié en 26 langues. A l’époque, la jeune romancière n’a que 19 ans. « Les journalistes me demandaient mon avis sur le port du voile, l’immigration, les émeutes en banlieue… On me parlait de tout sauf de mon livre. J’étais considérée comme un écrivain de banlieue et pas comme un écrivain tout court », a-t-elle confiée au site Zamanfrance. Toutefois, elle se réjouit d’appartenir à cette génération d’écrivains qui contribue à « vulgariser la littérature ». La jeune femme âgée de 27 ans termine son quatrième roman, publié chez Fayard.

Tibo Bérard est journaliste et directeur de la collection eXprim’ aux Editions Sarbacane. Créée en 2006, elle permet, entre autres, à de jeunes talents de la littérature dite « urbaine » de s’exprimer à travers leurs œuvres. « Ces livres sont des coups de poing en pleine tronche, ils déroutent, ils vont vite, à l’encontre d’une certaine idée de la littérature française que je trouve parfois fade, atone », décrit-il au site Zamanfrance. Tibo Bérard a créé eXprim « dans l’idée que des auteurs issus de scènes urbaines pouvaient émerger ».

De Lamartine à Oxmo Puccino

Insa Sané est l’une des découvertes de Tibo Bérard. Né en 1974 à Dakar, il débarque avec ses parents en France à l’âge de six ans dans les quartiers de Sarcelles. Il se lance en 1993 dans le monde du disque et crée avec ses amis le groupe OD’AS qui très vite se fait connaître et entame une tournée mondiale avec les MJC de Sarcelles. Alors que le groupe se sépare en 1994, il crée, la même année, avec Lam Solo, le groupe 3K2N. en 2001, il se lance dans la comédie et tourne notamment aux côtés d’Anémone, de Frédéric Diefenthal et de Jackie Berroyer dans le film de Malik Chibane, Voisins Voisines.

Son premier roman, Sarcelles-Dakar, édité par Sarbacane, sort en novembre 2006. Alors que son deuxième roman, Du plomb dans le crâne, est publié en janvier 2008, Insa Sané poursuit dans la musique et tout particulièrement dans le slam avec son groupe Soul Slam Band. Son premier album paraît dans les bacs début 2008. Ses influences « vont du poète Lamartine au rappeur Oxmo Puccino en passant par l’écrivain Lamine Camara ». Son prochain roman sortira en novembre prochain.

Et même si la liste de cette génération d’auteurs « urbains » peut encore s’allonger avec, entre autres, Mabrouck Rachedi, Habiba Mahany ou encore Kaoutar Harchi, les écrivains qui se revendiquent de la banlieue sont encore peu nombreux…

Lire aussi :

« Le drame des banlieues est le manque de culture »

Un Africain Nobel de littérature ?

 « Noirs de France » : L’histoire en images