Les crânes de la discorde entre Paris et Alger

Crânes restitués
Des crânes restitués

La France a restitué à l’Algérie 24 crânes supposés de combattants algériens tués durant la conquête coloniale. Seulement, quelques-uns de ces restes humains ont été identifiés comme étant ceux de supplétifs de l’armée française.

En prenant la décision de restituer des reliques, Paris avait l’intention d’effacer un pan de l’amère histoire coloniale en Afrique. Il s’agit de restes issus des collections françaises qui conservent plus de 150 000 reliques. Ce sont des crânes, des ossements et autres parties du corps de combattants tués sur le continent et conservées dans des bocaux.

Et ce sont certains de ces objets que l’Hexagone a décidé de restituer aux ayants-droits. Un exercice qui risque de rendre encore plus douloureux le passé coloniale de la France en Afrique. Pourtant, la restitution, en 2020, de 24 crânes d’Algériens conservés en France était un synonyme d’apaisement entre les deux pays. Ces restes humains, supposés ceux des premiers résistants décapités, représentaient des trophées pour le colon.

Un exercice d’autant plus complexe qu’il s’agissait de restes humains collectés et conservés dans des conditions particulièrement étranges. En effet, le New York Times a révélé que sur les 24 crânes remis par Paris, seuls 6 sont clairement identifiés comme ceux de résistants. Plus grave encore, parmi les autres crânes dont l’origine est incertaine, figurent ceux de trois supplétifs de l’armée française.

Lire : La Belgique restitue une relique de Patrice Lumumba à sa famille

De quoi déclencher une polémique voire une colère, notamment en Algérie. Un imbroglio qui n’est pas une première. En effet, en novembre 2019, la France avait remis au Sénégal le sabre d’El Hadj Oumar Tall. Objet remis en cause par des spécialistes qui indiquent que ce chef religieux et conquérant n’en est pas le propriétaire.