Les bottes de l’armée égyptienne piétinent le pays depuis 60 ans

Il y a 60 ans jour pour jour, les « officiers libres » égyptiens renversaient le roi Farouk Ier. Le général Naguib, placé par Nasser, deviendra président de la République l’année suivante. Bien que l’Egypte soit de nos jours toujours dominée par l’armée, Mohamed Morsi est devenu le premier civil président de la République.

Le bras de fer actuel qui oppose le président Mohamed Morsi et l’armée égyptienne découle de l’histoire du pays. Les militaires ont toujours dominé la République.

Dans la nuit du 23 juillet 1952, l’organisation clandestine du « Mouvement des officiers libres » s’empare du pouvoir au dépend du roi Farouk. Ce dernier est tenu responsable de la déroute lors de la guerre israélo-arabe (1948-1949) et sa soumission aux Britanniques exaspère l’armée. En réalité, le roi n’a pas véritablement de pouvoir et les ordres viennent de Londres, qui refuse par ailleurs au monarque la gestion du canal de Suez.

Ce groupe des « officiers libres » créé par Gamal Abdel Nasser, qui avait préparé le putsch pour août 1952, apprend le 22 juillet que le roi va entreprendre une vague d’arrestations dans les rangs de l’armée. Cette nouvelle accélère les évènements. Pris de cours, le roi quitte le pays à bord de son yacht, le Mahroussa. Et le 23 juillet, Anouar el-Sadate déclarait à la radio : « Des hommes dignes de confiance se sont chargés de la direction des affaires ». Ces « hommes dignes de confiance » ont tenu le pays d’une main de fer depuis, jusqu’à la victoire du Frère musulman Mohamed Morsi. Voir la vidéo ci-dessous :

Avant d’être le premier islamiste à la tête du pays le plus peuplé du monde arabe, Mohamed Morsi est tout simplement le premier civil à être élu au sommet de l’Etat.

De Mohammed à Mohamed

Après la prise de pouvoir des « officiers libres », Mohammed Naguib devient le 17 septembre 1952, le Premier ministre du roi Fouad II. Fouad II, fils de Farouk Ier, d’abord contrôlé par les militaires sera finalement chassé du pouvoir le 18 juin 1953. Date de proclamation de la République Arabe d’Egypte. Mohammed Naguib est alors accusé par son Premier ministre adjoint, Gamal Abdel Nasser, d’être trop proche des Frères musulmans. Ce dernier le remplace finalement en 1954.

L’ère Nasser (1954-1970) sera suivie de celle de Sadate (1970-1981) puis de Moubarak (1981-2011). Un pouvoir militaire interminable, jusqu’en 2011. Date à laquelle une série de manifestations, baptisée le Printemps arabe, traverse le pays. L’objectif principal des manifestants est d’obtenir la démission du président Hosni Moubarak et la fin du pouvoir militaire. Cette révolution entraîne le départ du dictateur mais pas de l’armée, qui organise les élections présidentielles de mai-juin 2012. C’est le 24 juin, après des jours d’attente et de pression de la rue, que la commission électorale finira par proclamer Mohamed Morsi élu au poste de président de la République. Avec 51,73 % des voix, il devient le premier civil à accéder au pouvoir. Ce qui n’empêche pas l’armée de conserver sa mainmise sur le pays.

Lire aussi :

 Egypte : les Frères musulmans veulent vider les prisons

 Egypte : Mohamed Morsi bute sur l’armée

 Egypte : le Frère musulman Mohamed Morsi président