Le Sénégal lutte-t-il efficacement contre le Coronavirus ? (vidéo)

Le comportement des Sénégalais, édicté en partie par les autorités qui ont mis en place une batterie de mesures pour, disent-elles, lutter contre la propagation du Coronavirus, aide-t-il à combattre la maladie ?

Au Sénégal, c’est toute une batterie de mesures prises par les autorités pour tenter de barrer la route à la maladie à Coronavirus. Parmi ces mesures, un confinement général qui court de 20 heures à 06 du matin, matérialisé par le couvre-feu instauré, qui vient renforcer la situation de l’Etat d’urgence sanitaire. Après une première nuit agitée, ponctuée de bastonnades de la population par les forces de l’ordre et de défense, la seconde nuit du couvre-feu a été très bien suivie et respectée.

A 20 heures, mercredi, même les chats n’osaient pas circuler, ayant sans doute eu échos des sévices infligés aux récalcitrants et autres inconditionnels qui ont eu la malchance d’avoir croisé le chemin des agents des forces de l’ordre et de défense, durant la nuit de mardi. Chats et chiens s’étaient donc tenus à carreau, au deuxième jour de confinement nocturne. Combien de fois les humains. Normal que ce jeudi matin, les marchés et autres commerces soient pris d’assaut par les Sénégalais, au premier chant du coq.

A lire : « Covid » de feu, Macky Sall fait mâter du Sénégalais : coups de pied, bâton, ceinture, matraque (vidéo)

Oui, les muezzins, après avoir pris le soin, la veille, d’insister auprès des populations de respecter la consigne, ont, pour la plupart préféré différer l’appel à la prière protocolaire de l’aube pour éviter de se faire confondre avec un éventuel récalcitrant et passer un mauvais quart d’heure en compagnie des agents des forces de l’ordre et de défense. Il fallait donc se rabattre sur le chant des coqs.

Cela se comprenait facilement, car, au vu des vidéos partagées sur la violence policière, beaucoup ont préféré ne pas se fier à l’heure affichée par leur portable, mais au coq d’à coté, pour s’extirper du lit et vite vaquer à leurs occupations avant le deadline. Et c’est la ruée sur les marchés. Bonjour les dégâts, car sur les images prises ce jeudi matin, dans un marché, on s’échange les gouttelettes de salive, et autres sécrétions, tellement la promiscuité est élevée. En ces temps de Coronavirus, il ne manquait que cela.

Ce qui parait curieux dans tout cela est le fait que le confinement est appliqué durant le moment où il y a moins de danger : la nuit. Et le jour, tout semble permis, même la transmission du Coronavirus. D’où l’urgence pour les autorités de revoir cette mesure de confinement nocturne, qui démarre à 20 heures, et qui n’a aucun sens. Du moins, aucun rendement, à part restreindre les libertés de populations laissées à elles-mêmes. Aucune disposition prise pour leur déplacement, dans un contexte de terreur chez les transporteurs qui préfèrent ne pas prendre le risque de convoyer des gens à partir de 18 heures. Car, 20 heures, c’est pour bientôt.

Il s’y ajoute qu’à ce jour, malgré les annonces de soutiens effectuées à grands fracas, aucune information sur les questions fondamentales de savoir où et quand recevoir cette aide. Ce fameux kit de survie que les Sénégalais démunis, qui ne parviennent même pas à voir le diable pour espérer lui tirer la queue, attendent depuis un moment. Sans espoir. Espoir, oui, est permis aux populations d’être informée sur les modalités d’attribution de ces kits annoncés et qui proviendraient d’un fonds de guerre contre le Covid-19.

A lire : Sénégal : la vidéo de policiers qui frappent une fille fait polémique

Au vu de cette vidéo qui suit, la guerre contre la propagation du Coronavirus est bien lancée, sauf que compte tenu des situation, le Covid-19 a déjà remporté la première manche, du fait d’un climat propice à sa propagation. D’où l’urgence pour les autorités sénégalaises de prendre les bonnes dispositions, sil réellement elles veulent freiner la propagation du virus.

sén