Le réveil des démons

Dans  » Les Agneaux du Seigneur « , l’écrivain algérien Yasmina Khadra abandonne le polar pour une fiction-réalité effrayante. Ou comment un petit village tranquille bascule dans l’horreur.

L’histoire est banale à faire peur. Ghachimat est un petit village d’Algérie, en apparence tranquille. Les gens s’y connaissent, s’épient, se fréquentent ou s’évitent. Simples relations de voisinage. Devant la montée des violences qui ensanglantent la capitale à la fin des années 90, les habitants sont bien contents de vivre un peu en retrait de cette folie. Pourtant, Ghachimat n’échappera pas à l’hystérie collective et meurtrière que connaît le pays à cette époque.

Yasmina Khadra cherche l’étincelle. Celle qui va embraser ce village comme les autres et le faire basculer dans l’horreur. Ses personnages s’appellent Jafer, fumeur de haschich et chômiste notoire, Allal, le flic amoureux de la belle Sarah, Kada Hilal, l’instituteur jaloux. Des amis. Qui vont s’entretuer. Kada Hilal milite au sein de la mouvance islamiste encore clandestine » avec une haine grandissante ». Lorsque Allal épouse Sarah, il se laisse pousser la barbe.

Atmosphère de terreur

« A Ghachimat, la rancune est la principale pourvoyeuse de la mémoire collective », écrit Yasmina Khadra. L’étincelle, la voilà, mauvaise et dangereuse. Alors que tous les jours, un groupe de nouvelles recrues de plus en plus important quitte le village pour aller vénérer un jeune Imam fanatisé, la haine éclôt et la rancoeur gagne du terrain. « Dans les ruelles livrées aux mioches et aux chiens, dans les champs désertés, partout l’air est imprégné de ressentiment ».

La tension monte. Les gens dérapent. Bientôt, ce seront les meurtres à l’arme blanche, les assassinats, les viols, les tueries. Les massacres, au nom de la religion. Ghachimat se barricade, à quoi bon ? Les traîtres aux oreilles sournoises sont partout. Il suffit d’un geste, d’un regard, d’une parole pour disparaître. Dans cette atmosphère de terreur, on égorge pour se venger d’un souvenir d’enfance, pour mettre la main sur une maison ou sur une femme.

Avec son écriture au scalpel et son style haletant, Yasmina Khadra fouille les âmes, force les consciences, dissèque l’horreur. Son livre fait peur. Parce qu’il pourrait le réécrire tous les jours.

Pour commander le livre.

Lire aussi

Yasmina Khadra ou l’Ecrivain Mohammed Moulessehoul.

L’Automne des Chimères de Yasmina Khadra.

Les hirondelles de Kabou