Le retour de la rumba congolaise

Un bonheur pour les oreilles. Réunis sur un même album, Ballou Canta et Luciana Demingongo, deux des plus belles voix congolaises, ont uni leur talent sur Pool Malebo pour réhabiliter la rumba d’antan. Une bouffée de douceur.

La musique congolaise ne se résume pas au ndombolo. Loin de là. Et si vos oreilles sont fatiguées d’entendre toujours la même chose, avec les grosses cylindrés du moment, plongez-vous plutôt dans l’écoute de Pool Malebo, l’album événement réunissant deux des plus belles voix congolaises. Ballou Canta et Luciana Demingongo réhabilitent pour notre plus grand plaisir un genre malheureusement négligé de nos jours : la rumba. Une rumba douce et chaloupée, chaude et reposante.

Pool Malebo. La réunion des deux Congo. Luciana le brazzavillois, Balou le kinois, ont décidé d’unir leur talent et d’offrir une petite bouffée de fraîcheur à la musique congolaise. Quatrième album pour l’un, septième pour l’autre, ils n’ont rien à prouver dans le milieu. Avantage artistique certain puisqu’ils peuvent désormais s’affranchir du diktat de la tendance et composer selon leur unique sensibilité.

Rumba love

Si les anciens arboreront un petit sourire de satisfaction en écoutant cette rumba de très bonne facture, les plus jeunes ne seront pas en reste. Au carrefour de la sensualité et du rythme, ils découvriront un monde qui leur avait peut-être échappé jusque là. Celui de la rumba love. Ils découvriront qu’on n’a pas surnommé Luciana le rossignol de RDC (République démocratique du Congo) pour rien et ne seront pas étonnés d’apprendre que le Canta de Balou vient du verbe espagnol chanter (cantar). La finesse et la richesse des productions auront de quoi convaincre les derniers sceptiques.

Les mauvaises langues diront qu’ils sont trop vieux, dépassés, qu’ils ne sont plus dans le coup, que leurs forces créatrices se sont irrémédiablement taries pour faire de la musique de papy. Avec Moubasso-Moro, ils font taire toutes les critique. Un ndombolo savoureusement musical de haute volée qui n’a rien à envier à personne. Juste histoire de montrer que s’il faut faire comme tout le monde, ils peuvent le faire et en mieux. Inutile de préciser qu’ils ont tout fait sur l’album. Et l’écriture et la production et l’interprétation et les arrangements. De la rumba et de la bonne à avoir bien évidemment dans sa discothèque.

En écoute le titre Fifi Mali-Mousso.

Commander le disque : Luciana Demingongo et Balou Canta, Pool Malebo, Mélodie distribution 2002