Le rap sénégalais sera visible à la télévision

Les rappeurs sénégalais revendiquaient une place au soleil. Ils l’ont eue. Désormais, ils auront accès à la télévision. Le rap sort de l’underground dakarois pour partir à l’assaut de la culture officielle. Chronique d’une renaissance non-annoncée.

 » Nous n’existons pas car nous ne sommes pas visibles à la télévision « , s’emporte un animateur de la radio Oxy-jeunes devant le siège de la Radio Télévision du Sénégal (RTS). Tous les  » posses « , groupes de rap, se sont donnés rendez-vous, samedi dernier, à la RTS. Motif : une plus grande visibilité à la télévision. Ils veulent des émissions consacrées au rap sénégalais.  » Il n’y a pas d’émission de rap digne de ce nom à la télévision. Le rap est un phénomène social au Sénégal. Les radios acceptent toutes de passer du rap mais la télévision ne suit pas. Cependant, j’ai bon espoir que cette situation évolue « , espère, non sans raison, Sidi Ndiaye, producteur dans la maison d’édition de Youssou Ndour.

En attendant Fatou

La Radio télévision sénégalaise répond positivement aux revendications des rappeurs.  » On souscrit complètement à la démarche des groupes de rap. Il existe déjà une émission où le rap occupe une bonne place mais qui est gelée car l’animatrice, Fatou Tandian, qui est étudiante en journalisme, passait ses examens. Mais, elle vient d’obtenir son diplôme et reprendra donc son émission. Les rappeurs auront une heure d’antenne tous les quinze jours « , précise F. Diaye, directrice des programmes à la RTS.

Les deux groupes de rap les plus connus au Sénégal, Bidewo Bobeef et Ratak Squat, tous deux produits par Youssou Ndour, squattent les ondes. Ils vendent respectivement 10 000 et 3 000 cassettes. Bidewo Bobeef est actuellement en France en tournée avec Passy.  » J’aimerais bien pouvoir passer plus de musique rap dans mon émission mais il n’y a pas beaucoup de groupes qui chantent en wolof « , se plaint Hélène Faye, animatrice à Dakar FM.

Les rappeurs attendent impatiemment le retour de Fatou Tandian à l’écran… même s’ils sont nombreux à trouver que l’animatrice est encore profane dans ce style de musique !